De nouvelles recherches suggèrent que l’exposition à des produits chimiques industriels interdits impacte largement la capacité de reproduction des marsouins mâles vivant sur les côtes britanniques, et nuit également à la fertilité masculine.

Une pollution insidieuse

Interdite au Royaume-Uni et dans la plupart des pays du globe depuis les années 1980, l’utilisation généralisée de polychlorobiphényles (PCB) au cours des décennies précédentes signifie que ces polluants pénètrent encore dans les eaux, s’accumulent dans les baleines, dauphins et marsouins et impactent substantiellement leur santé reproductive. Alors que de précédents travaux s’étaient concentrés sur les effets de ces produits chimiques sur les marsouins femelles, cette nouvelle étude récemment publiée dans la revue Environment International a évalué leur incidence sur la biologie reproductive des mâles.

Issus de différentes universités britanniques, les spécialistes impliqués ont découvert que les PCB étaient associés à une réduction marquée du poids des testicules chez des animaux par ailleurs en bonne santé. « La population étudiée présente des taux de reproduction inférieurs de moitié à ceux observés dans d’autres populations moins contaminées, et nous pensons que les effets de l’exposition aux PCB sur la fertilité des mâles expliquent en partie pourquoi les taux se révèlent si faibles au sein de cette population », expliquent les auteurs de l’étude.

Selon l’équipe, ces résultats s’appliquent également à d’autres espèces de cétacés, notamment les orques qui accumulent les plus fortes concentrations de PCB et présentent naturellement un faible taux de natalité. En 2016, l’autopsie d’une orque nommée Lulu, que l’on pensait au départ avoir péri après s’être empêtrée dans un filet, avait mis en évidence « des niveaux choquants de PCB », substances non seulement susceptibles d’entraîner la mort de cétacés adultes, mais également d’être transmises aux générations suivantes via le lait maternel.

― Tunatura / Shutterstock.com

Des effets négatifs sur la fertilité humaine

Les auteurs de l’étude estiment que les humains sont également menacés par la contamination aux PCB et les problèmes de fertilité qui en découlent. « Nos résultats sont en accord avec ceux de recherches réalisées sur d’autres mammifères, ayant montré que l’exposition aux PCB inhibait le système reproducteur mâle » soulignent-ils. « Des études épidémiologiques humaines ont notamment trouvé des associations négatives entre l’exposition aux PCB, la mobilité des spermatozoïdes et les niveaux de testostérone. »

« Il y a un consensus croissant sur le fait que l’exposition aux contaminants qui perturbent les systèmes hormonaux pourrait être partiellement responsable du déclin global des taux de fertilité masculine s’étant produit au cours des 50 dernières années. Il est donc impératif de faire davantage pour protéger les humains et notre environnement contre l’exposition à ces produits chimiques dangereux », conclut l’équipe.

— Matauw / Shutterstock.com

Cette nouvelle étude fait suite à des recherches alarmantes menées en Allemagne, ayant mis en évidence une baisse des populations de marsouins en mer du Nord au cours des dernières décennies.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de