― Davit Khutsishvili / Shutterstock.com

La pollution est un fléau à l’origine des décès de nombreuses personnes à travers le monde. Un rapport de l’Agence européenne de l’environnement indique que la pollution de l’air a provoqué plus de 300 000 décès prématurés dans l’Union européenne en 2019. S’il semble colossal, ce chiffre est en baisse depuis trente ans.

Un chiffre en baisse depuis plusieurs années

La pollution de l’air tue 300 000 personnes chaque année en Europe. Ce chiffre est en baisse de 10 % par rapport à l’année précédente. L’Agence européenne de l’environnement affirme que cette baisse s’explique non seulement par les conditions météorologiques favorables, mais également par l’amélioration progressive de la qualité de l’air dans l’Hexagone.

Vers le début des années 1990, la pollution aux particules fines en suspension dans l’air avec un diamètre inférieur à 2,5 micromètres provoquait près d’un million de décès dans les pays membres de l’Union européenne. Ce chiffre est tombé à environ 450 000 décès en 2005, à 346 000 décès en 2018 et à 307 000 décès en 2019.

Malgré la baisse progressive du nombre de décès provoqués par la pollution de l’air, ce phénomène demeure la menace environnementale la plus importante pour la santé des Européens. Elle entraîne surtout des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux. Cependant, elle peut également entraîner des maladies pulmonaires et le cancer des poumons. Chez l’enfant, elle est susceptible de nuire au développement des poumons.

— Studio Dagdagaz / Shutterstock.com

Les pays européens ne fournissent pas assez d’efforts

L’Union européenne a pour objectif de réduire d’au moins 55 % par rapport aux niveaux constatés en 2005 le nombre de décès prématurés provoqués par les particules fines dans l’air d’ici 2030. Si la pollution de l’air continue à baisser progressivement au rythme actuel, cet objectif ne serait atteint qu’en 2032, soit avec deux ans de retard. Pour renverser la situation, il faudrait respecter les objectifs de qualité de l’air fixés par les instances européennes et l’OMS.

Il est à noter que les membres de l’UE ne sont pas les seuls pays menacés par la pollution aux particules fines. D’après l’Agence européenne de l’environnement, elle entraînerait plus de 7 millions de décès prématurés dans le monde chaque année.

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Ozarmes Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Ozarmes
Invité
Ozarmes

La seule difficulté étant qu’on ne sait pas comment on peut obtenir ce chiffre car la pollution n’est pas enregistrée comme cause directe de décès !! C’est juste une extrapolation au doigt mouillé………