© Ivan Sazima

Les eaux amazoniennes abritent une multitude d’espèces sous-marines. Cependant, certaines d’entre elles sont extrêmement dangereuses. Outre les caïmans et les piranhas, il est possible d’y rencontrer le candiru, un petit poisson connu pour s’infiltrer dans l’appareil génital masculin.

Un poisson parasite

Également appelé « poisson vampire du Brésil » ou « vampire des eaux amazoniennes », ce petit poisson fait partie de la famille des Trichomycteridae. Mesurant entre trois et cinq centimètres de long, il fait partie des plus petits vertébrés au monde. Généralement caché dans le fond de la rivière, ce poisson parasite traque les autres poissons pour se nourrir de leur sang.

Le candiru s’introduit d’abord dans les orifices naturels des poissons, déploie ses piques pour rester accroché, mord et sectionne une artère pour se nourrir de leur sang. Son attaque dure entre 30 et 145 secondes. D’après les scientifiques, il peut aussi se nourrir en dépeçant un cadavre en l’espace de quelques minutes.

© Kalebe Pinto

Un seul cas documenté jusqu’à présent

Le poisson vampire du Brésil alimente plusieurs légendes locales. L’une de ces légendes raconte que des cadavres humains ont été retrouvés grignotés de l’intérieur par une centaine de ces carnassiers. Ainsi, il est très redouté du peuple amazonien.

En octobre 1997, un candiru de plus de treize centimètres se serait introduit dans le pénis d’un jeune Amazonien qui se soulageait dans une rivière. Envahi par une immense douleur, il a essayé d’extraire le poisson par lui-même. Cependant, le poisson a tout de même réussi à se frayer un passage à travers l’urètre. Il s’est ainsi rendu à l’hôpital pour être soigné. Anoar Samad, le chirurgien urologue qui s’est chargé de son cas, indique que le poisson a été attrapé à l’aide d’une pince Alligator. Il précise que l’animal était déjà mort lors de son extraction.

Bien qu’il puisse susciter de nombreuses craintes, les scientifiques indiquent que sa dangerosité est exagérée. Le biologiste marin Stephen Spotte, qui avait enquêté sur ce cas, indique qu’il s’agit à ce jour du seul cas documenté de candiru s’infiltrant dans un pénis humain.

Pour aller plus loin, découvrez également 4 autres animaux vampires dont vous ne soupçonniez pas le comportement sanguinaire.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments