galaxie-univers
Image d’illustration — NASA images / Shutterstock.com

Quelques semaines seulement après le début officiel de sa mission, le télescope spatial James-Webb a battu le record de la plus ancienne galaxie jamais observée de près de 100 millions d’années.

Les galaxies GLASS-z13 et GN-z11

L’observation de certaines des premières galaxies s’étant formées juste après le Big Bang, il y a 13,8 milliards d’années, est l’un des principaux objectifs du télescope spatial James-Webb (JWST), qui nous a récemment offert un aperçu sans précédent de différentes régions du cosmos. Jusqu’à présent, la plus ancienne connue, appelée GN-z11 et détectée par son prédécesseur Hubble, était apparue environ 400 millions d’années après la naissance de l’Univers.

Ce record vient vraisemblablement de voler en éclats. Dans le cadre de travaux pré-publiés sur le serveur arXiv, Rohan Naidu, du Centre d’astrophysique de Harvard, a détecté une galaxie encore plus ancienne en épluchant les données du catalogue GLASS du JWST. Nommée GLASS-z13, cette galaxie s’est formée 300 millions d’années seulement après le Big Bang. Une seconde, baptisée GLASS-z11 et d’un âge proche de celui de GN-z11, a également été identifiée.

Ces deux galaxies possédaient déjà à cette époque des masses équivalentes à celle d’un milliard de soleils, indiquant un processus de formation d’étoiles plus rapide que prévu à l’aube de l’Univers. La galaxie la plus proche, GLASS-z11, semblait également avoir commencé à former une structure en forme de disque, liée à sa rotation. Alors que la Voie lactée s’étend sur environ 100 000 années-lumière, les diamètres de GLASS-z13 et GLASS-z11 s’avèrent respectivement de 1 600 années-lumière et 2 300 années-lumière.

Télescope spatial James Webb
Vue d’artiste du télescope spatial James-Webb — © NASA

À l’aube de l’Univers

Membre de l’équipe GLASS, Gabriel Brammer estime que des analyses supplémentaires seront nécessaires pour confirmer la distance à laquelle se trouvent (ou plutôt se trouvaient) ces deux galaxies, que seul le JWST sera en mesure de réaliser. « Ce sont des candidates très crédibles », souligne-t-il. « Si nous savions que le JWST serait en mesure d’observer des galaxies lointaines, la facilité avec laquelle il les détecte est assez surprenante. »

L’immense puissance du télescope spatial devrait augmenter significativement la fréquence de telles découvertes. Selon les auteurs de l’étude, l’examen de ses données pourraient potentiellement permettre de remonter jusqu’à moins de 200 millions d’années après le Big Bang, lorsque certaines des premières galaxies et étoiles de l’Univers se seraient formées.

« À quel moment précis la formation d’étoiles commence-t-elle dans l’Univers ? », se demande Naidu. « C’est l’une des dernières grandes inconnues dans notre chronologie du cosmos. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments