— chaiyapruek youprasert / Shutterstock.com

Symbole emblématique de la pollution humaine, le plastique pollue aujourd’hui la grande majorité de la planète. Une société française de chimie installée dans le Puy-de-Dôme a réalisé une prouesse en remettant en cause sa nature de déchet. En effet, elle a réussi à rendre un plastique recyclable à l’infini. Explications.

Une révolution technologique

La société française de chimie verte Carbios vient de repenser le cycle de vie des plastiques. Le polyéthylène téréphtalate (PET) est un élément que l’on retrouve fréquemment dans les emballages en plastique, par exemple dans les bouteilles d’eau. Également, il est présent dans des emballages alimentaires, ou encore dans le polyester.

Grâce à un procédé utilisant une enzyme bien spéciale, la société avance la possibilité de pouvoir recycler ce polyéthylène téréphtalate. Et ce ne serait pas simplement une ou deux fois, mais bien à l’infini. Comme l’explique Alain Marty, le directeur scientifique de la société, le but est d’obtenir un plastique zéro déchet.

« La grande innovation de Carbios est d’utiliser une enzyme, un matériel biologique, qui va dépolymériser le plastique (…) On peut dépolymériser 97 % du PET en seulement seize heures. On obtient un plastique zéro déchet. » Concrètement, après cette procédure, un monomère est récupéré, puis traité afin d’être réutilisé. Il est par exemple possible de fabriquer de nouveau des bouteilles en plastique, ou encore des vêtements en polyester.

Un énorme souffle d’espoir

En ce qui concerne le polyéthylène téréphtalate (PET) qui est le sujet de cette nouvelle expérience, on sait qu’il est responsable à lui seul de 75 millions des 335 millions de tonnes de plastiques produites chaque année dans le monde. Ainsi, cette méthode permettrait de s’attaquer à un problème épineux : la masse croissante des déchets plastiques qui est produite chaque année.

Plus généralement, ce serait l’occasion de repenser le système de recyclage actuel. Jusqu’alors, il était impossible de recycler à l’infini des déchets plastiques. Au lieu d’utiliser un procédé thermomécanique, qui par extension se caractérise par une grosse consommation d’énergie et un plastique de plus en plus usé, les industriels pourraient s’appuyer directement sur du plastique afin d’en produire de nouveau. Comme le rappelle Alain Marty, l’industrie du plastique pourrait « rentrer dans un cercle vertueux d’économie circulaire ».

Cette technologie pourrait d’ailleurs bientôt être mise en place. Elle est prévue dans la « Vallée de la chimie » lyonnaise dès 2021. Des grands noms comme L’Oréal, Michelin, Nestlé Waters ou encore PepsiCo s’y sont intéressés et ont rejoint le consortium du groupe auvergnat en avril dernier… Pour rappel, malgré les alertes, la production mondiale de plastique est toujours en hausse.

COMMENTEZ
3

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
niedIsidoreEmmanuel Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Emmanuel
Invité
Emmanuel

Cocorico, bravo pour ces recherches qui vont, espérons le se généraliser afin de régler les problèmes de traitement des déchets plastiques!
D’ailleurs, c’est encore une preuve qu’il faut soutenir la recherche en France.

Isidore
Invité
Isidore

Bravo à toutes ces équipes, dommage qu’à chaque fois, le travail français soit volé par les U.S (carte à puce, Internet, EMHD…). Cette trouvaille pourrait changer les choses mais à la vue des noms de leur consortium, ne pensez pas que cela sera utilisé pour le bienfait des peuples, enfin… Lire la suite »