L’armée américaine modifie génétiquement des plantes pour en faire des espionnes redoutables

Pour pouvoir surveiller les activités illégales, les Etats-Unis sont déjà équipés de technologie de pointe en matière d’espionnage. Cependant, un nouveau gadget va venir compléter leur arsenal : des plantes espionnes. Génétiquement modifiées, ces plantes permettront aux forces armées d’observer en toute discrétion, et ce, sans être néfaste à l’environnement. 

 

LE BIOLOGIQUE, ARME REDOUTABLE DU CONTRE-ESPIONNAGE ?

Aux Etats-Unis, l’espionnage est un facteur important de la défense du pays. Pour pouvoir protéger le pays et équiper les hommes avec les meilleures innovations, l’agence de recherche et développement du département américain de la Défense (Darpa) travaille chaque jour à l’élaboration de gadgets pour les forces armées. S’ils sont derrière des innovations comme des drones invisibles, des exosquelettes ou encore des implants crâniens, leur prochain gadget prendra place au cœur de la nature.

Le nouveau projet de la Darpa, connu sous le nom de Advanced Plant Technologies ou programme APT, consiste en la modification génétique de plantes pour en faire des espions environnementaux difficiles à détecter.

D’après les scientifiques de l’agence, les organismes 100 % biologiques sont nettement supérieurs à n’importe quel gadget en matière de contre-espionnage. Avec ce nouveau projet, l’agence souhaite « mettre au point des capteurs robustes à base de plantes, autonomes dans leur environnement, et qui peuvent être surveillés à distance grâce au matériel existant ».

 

LES PLANTES MODIFIÉES, ESPIONS DE DEMAIN

A la fois efficaces et discrètes, ces plantes espionnes sont en réalité reprogrammées par les scientifiques de la Darpa. Modifiées en laboratoires grâce à la technologie CRISPR (technologie faisant office de « ciseaux génétiques » et permettant de modifier l’ADN), les plantes modifiées ont la faculté de détecter certaines composés.

La Darpa travaille notamment à la détection par ces plantes des composés « nitroaromatiques » que l’on retrouve dans les explosifs, les poisons chimiques, les éléments radioactifs… En contact avec ces éléments, les plantes réagissent et les chercheurs pourraient les surveiller grâce à l’imagerie satellite. Enfin, pour s’adapter à toutes les situations, de nombreuses plantes vont être modifiées : arbres, herbes folles et même fleurs.

 

Y A-T-IL UN RISQUE POUR L’ENVIRONNEMENT ?

Face à cette annonce, la société civile voit dans cette nouvelle innovation un risque pour l’environnement. Les plantes espionnes utilisées étant génétiquement modifiées, elles pourraient se disséminer dans la nature et infecter la flore comme la faune.

Cependant, la Darpa s’est voulue rassurante sur ce point en expliquant que « ces recherches se dérouleront dans des laboratoires et des serres confinés, qu’elles seront conformes aux règlements fédéraux, sous la surveillance additionnelle des comités institutionnels de biosécurité ». Enfin, l’usage de ces plantes espionnes sera réservé aux forces armées américaines : il est donc impossible de les voir arriver près de chez vous.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux