On l’appelle « polypill » ou superpilule et c’est le produit de l’assemblage de plusieurs médicaments contre l’hypertension et le cholestérol, et contient de l’aspirine. Sa prise quotidienne, pendant cinq ans, abaisserait significativement le risque d’accidents cardiovasculaires, selon une récente étude.

L’étude en question a été publiée le vendredi 23 août 2019 dans la revue médicale The Lancet. Il s’agit d’un essai comparatif effectué sur 7 000 participants environ, des hommes et des femmes âgés de 50 à 75 ans dont certains avaient déjà eu des antécédents de maladies cardiovasculaires (MCV) tandis que d’autres, non.

De quoi se compose cette polypill ?

Il faut savoir que l’idée d’une seule pilule « tout-en-un » ne date pas d’hier. Les scientifiques avaient effectivement couvé l’idée depuis une vingtaine d’années mais c’est via cette étude qu’ils ont réellement pu en tester son efficacité à grande échelle et sur une période plus ou moins longue.

Au niveau de sa contenance, Gholamerza Roshandel et ses collègues de l’université des sciences médicales de la province iranienne du Golestan, cités dans un article d’Orange, déclarent que cette superpilule contient deux médicaments contre l’hypertension, l’hydrochlorothiazide 12,5mg (un diurétique) et l’énalapril 5mg. Elle contient également de l’atorvastatine 20mg (un anti-cholestérol) et 81mg d’aspirine.

La pilule en question contient plus de 80g d’aspirine

Une pilule révolutionnaire ?

Pour rappel, les Etats-Unis se sont fixé pour objectif de réduire la mortalité prématurée causée par les MCV d’au moins un tiers d’ici 2030. Un objectif ambitieux mais qui, selon le co-auteur de l’étude, le Dr Nizal Sarrafzadegan de l’université des sciences médicales d’Ispahan, est atteignable si cette multi-pilule est adoptée à grande échelle.

Les résultats de l’étude ont, en effet, montré que le risque d’accidents vasculaires a baissé de 34 % chez l’ensemble des participants avec environ 40 % de baisse chez ceux qui n’avaient pas d’antécédents de MCV et de 20 % environ chez ceux qui en avaient. En tenant compte des autres médicaments cardiovasculaires que pouvaient prendre les participants, les chercheurs ont donc ressorti que la polypill avait réussi à diminuer le risque de MCV de 22 %, rapporte The Lancet.

Si cet essai clinique s’est avéré être un succès, le Dr Amitava Banerjee, de l’University College London, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré que d’autres études devront être menées pour comparer les effets de cette multi-pilule à la prise individuelle des médicaments sur le long terme et chez diverses populations. Affaire à suivre.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de