Le réchauffement climatique influe sur l’air, l’eau et la santé. Cependant, les scientifiques ne s’attendaient pas à ce qu’il modifie complètement les sens de certaines espèces. A cause du manque d’oxygène qu’il peut générer dans les milieux aquatiques, le réchauffement climatique contribue à rendre aveugle crabes, pieuvres et autres créatures marines.

UNE VARIATION QUI INFLUE SUR LES SENS ?

Les variations qui touchent un écosystème peuvent avoir de lourdes conséquences sur les espèces qui le peuplent. Dans les océans, ces variations concernent la température et le niveau d’oxygène. Si les effets de la première sont déjà avérés, le manque d’oxygène n’était jusqu’alors pas étudié.

Or celui-ci peut influer sur la vue d’animaux comme les crabes, les calamars ou les pieuvres. C’est ce que révèle une étude menée par des scientifiques de la Scripps Institution of Oceanography (San Diego) après avoir constaté que de nombreuses espèces étaient touchées par ce phénomène.

La vision de l’Homme peut être impactée par le manque d’oxygène

LES CRÉATURES TERRESTRES ET MARINES CONFRONTÉES AU MÊME PROBLÈME

Chez l’Homme, un manque d’oxygène trop important peut mener à une perte temporaire de la vue. C’est le cas par exemple quand un pilote se trouve à une altitude trop élevée. Les chercheurs ont voulu voir si les invertébrés souffraient également lors d’un manque d’oxygène. Ils ont étudié les larves de calamars, de deux espèces de pieuvres et deux crabes.

Dans un environnement à faible teneur en oxygène, ils ont observé chez les animaux une réduction de la vision allant de 60 à 100 %. Certaines espèces ont toutefois été plus résistantes que d’autres comme les crabes adultes. Quand les niveaux d’oxygène sont revenus à la normale, la majorité des espèces ont recouvré la vue.

Les pieuvres peuvent devenir totalement aveugles à cause du manque d’oxygène

QUELS RISQUES POUR LES ANIMAUX ?

En plus de la comparaison avec les créatures terrestres, l’étude visait à étudier les conséquences de cet aveuglement. Qu’il soit temporaire ou définitif, il peut être désastreux pour certaines espèces notamment quand elles sont au stade larvaire. Dans le cadre de la migration ou de la chasse par exemple, les animaux se fient à la lumière pour se repérer.

Or, une déficience visuelle peut réduire considérablement la vitesse de réponse de l’œil à un stimuli. Certaines espèces pourraient donc ne plus être en mesure de se nourrir ou d’échapper aux prédateurs si elles perdent même partiellement la vue. Les conclusions de cette étude ont été publiées dans le Journal of Experimental Biology.

Les crabes sont plus résistants, mais leur vision peut elle aussi être impactée

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de