Trésor
— Glevalex / Shutterstock.com

Des fouilles réalisées dans une réserve naturelle du nord d’Israël ont conduit à la découverte d’un véritable trésor : 44 pièces d’or ainsi que d’autres objets de valeur remontant à l’Empire byzantin.

Des solidi en or

Quelques semaines après la mise au jour d’une capsule temporelle vieille de 3 300 ans dans le sud du pays, Israël a été de nouveau le théâtre d’une importante trouvaille archéologique. Les pièces du butin ont été frappées sous le règne des empereurs byzantins Phocas (602 à 610 après J.-C.) et Héraclius (610 à 641 après J.-C.). Selon le communiqué de l’Autorité israélienne des antiquités (IAA), il s’agit exclusivement de solidi en or, monnaie courante à l’époque byzantine (entre 330 et 1453 environ). Les plus récents dateraient de 635 après J.-C., correspondant à l’époque de la conquête musulmane de la Palestine byzantine.

« La plupart des pièces sont à l’effigie d’Héraclius », explique Gabriela Bijovsky, experte en numismatique à l’IAA. « Il est intéressant de noter que lors des premières années de son règne, seul son portrait apparaissait sur les pièces. Par la suite, ses fils ont également été représentés. On peut en fait les voir grandir, de l’enfance jusqu’à ce que la taille de leur portrait se révèle similaire à celui de leur père, représenté avec une longue barbe. »

Les chercheurs ont découvert les pièces dans la réserve naturelle de Banias, qui abrite les ruines de l’ancienne cité éponyme. Également connu sous le nom de Panéas, le site a été un lieu de culte de Pan, dieu grec de la fertilité mi-humain mi-chèvre. Pour les chrétiens, il est également considéré comme l’endroit où l’apôtre Pierre a reconnu en Jésus de Nazareth le Christ, fils de Dieu fait homme.

Un butin caché à la hâte

Caché dans la base d’un mur de pierre, ce trésor aurait vraisemblablement été laissé là par un individu contraint de fuir face à l’avancée des musulmans. Selon Yoav Lerer, qui a supervisé les fouilles, une telle découverte pourrait contribuer à faire la lumière sur l’économie de la ville de Banias au cours des 40 dernières années de la domination byzantine.

« Elle renvoie à un évènement historique précis, et nous pouvons imaginer le propriétaire dissimulant sa fortune sous la menace de la guerre, espérant revenir un jour pour récupérer son bien », explique Yoav Lerer. « Aujourd’hui, nous savons qu’il n’a jamais eu cette chance. »

En plus des pièces de monnaie, les chercheurs ont mis au jour les vestiges de différents bâtiments, un système de canaux, un four, des pièces de bronze ainsi que des fragments de poteries, de verre et d’artefacts métalliques.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Jocoast
Jocoast
1 mois

Le nord de la Palestine colonisé serait plus juste….