© Walt Disney Pictures / Allociné

Vous connaissez sans doute le personnage de Peter Pan, ce garçon joyeux qui refuse de grandir. Toutefois, saviez-vous qu’il n’est pas aussi gentil qu’il en a l’air ? Explications.

Dans la première version de J. M. Barrie, Peter Pan n’est pas si gentil que cela. En effet, ce personnage est défini à plusieurs reprises comme joyeux, innocent, sans cœur et surtout égocentrique. Il accorde très peu d’importance aux autres protagonistes, il finit par oublier ses anciens amis et ennemis et les précédentes aventures qu’il a vécues sont perpétuellement remplacées par de nouvelles. 

De plus, lorsque Peter va chercher de nouveaux enfants, il oublie à chaque fois les précédents. En parlant des enfants, il n’hésite d’ailleurs pas à tuer les Enfants perdus qui grandissent. 

En outre, lorsque le capitaine crochet meurt, il prend immédiatement sa place. Il va même jusqu’à récupérer ses vêtements et imiter son crochet avec son doigt.

Ainsi, le roman présente un Peter Pan incapable de compassion, d’amour ou du moindre sentiment. Il demeure éternellement bloqué dans l’artificiel, en ne faisant jamais la différence entre la réalité et le jeu. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de