À Petra en Jordanie, les animaux qui transportent les touristes vivent un véritable cauchemar

Pour divertir les touristes sur le magnifique site de Petra en Jordanie, des bédouins proposent de faire des tours à dos d’animaux. Cependant, ces derniers sont maltraités et travaillent dans des conditions extrêmes. Une situation que PETA dénonce en invitant le public à agir.

 

QUE SUBISSENT LES ANIMAUX CHAQUE JOUR ?

Autour de Petra, il y a plus de 1 300 animaux qui travaillent quotidiennement. Ces animaux, qui sont des ânes, des mules, des chevaux et des chameaux, ont une mission : servir de monture aux touristes pour des balades ou pour escalader sans se fatiguer les 900 marches menant au monastère. Certains peuvent aussi servir d’attelage pour des charrettes.

Cependant, derrière l’image de carte postale, les conditions de vie des animaux sont infernales. Selon l’association de défense des animaux PETA, qui a été la première à signaler le problème, les animaux sont forcés de transporter les touristes et régulièrement battus car ils n’avancent pas. Enfin, les animaux restent des heures à travailler près du site sans avoir d’eau à boire, et ce, sous une chaleur difficilement tenable.

 

UNE DÉNONCIATION SANS RETOUR ?

Suite aux premiers avertissements de PETA, les groupes jordaniens et internationaux ont tenté d’agir pour améliorer les conditions de travail des animaux en discutant avec leurs propriétaires. Toutefois, rien n’aurait été fait en un an. PETA accumule depuis les preuves de maltraitances : sur des photos et des vidéos, il est possible d’apercevoir des ânes et des chameaux retenus par des chaines, frappés à coup de bâton ou encore atteints de blessures profondes qui ne sont pas traitées.

 

DES ACTIONS DIFFICILES À METTRE EN PLACE

Aider ces animaux est en réalité plus compliqué qu’il n’y paraît. Petra est la plus grande attraction touristique jordanienne, et elle représente une source de revenus non négligeable, parfois la seule source de revenus pour les propriétaires des animaux. La mise en garde contre ces pratiques, à l’image de celles en vigueur dans certains pays d’Asie pour les éléphants, peut être contre-productive.

PETA invite les voyageurs et les hôtels à stopper les visites sur le site ou à mettre en place des véhicules motorisés pour les touristes (une solution désapprouvée par l’Unesco). Plusieurs associations comme la Fondation Princess Alia ou Four Paws ont déjà essayé d’améliorer les conditions de vie des animaux en fournissant des écuries et en apportant aux propriétaires d’animaux eau, nourriture et abris. Ils ont également fournis aux propriétaires des selles et des harnais plus confortables pour les animaux. Toutefois, tous reconnaissent qu’il y a plus à faire et que les animaux de Petra ont besoin d’aide.

Si vous voulez agir pour sauver les animaux de Petra, vous pouvez signer la pétition


Le cheval dort aussi bien debout que couché

— @DailyGeekShow