S’appuyant sur une technologie innovante, des chercheurs britanniques ont révélé que des parties spécifiques du cerveau des abeilles se développaient anormalement lorsqu’elles étaient exposées aux pesticides durant leur phase larvaire.

Une capacité d’apprentissage amoindrie chez les larves exposées aux pesticides

Jusqu’à présent, la plupart des études se concentraient sur les effets de l’exposition aux pesticides sur des abeilles adultes, étant donné que ces individus collectent directement le nectar et le pollen contaminés par les pesticides. Mais comme le montre cette étude publiée dans la revue PNAS, ils impactent également les larves. « Chez les larves d’abeilles exposées à une nourriture contaminée par des pesticides, certaines parties du cerveau se développent moins, ce qui se traduit par un cerveau plus petit et fonctionnellement affaibli », note Richard Gill, professeur à l’Imperial College de Londres et principal auteur de l’étude.

« Nos travaux révèlent comment les colonies peuvent être affectées par les pesticides des semaines après l’exposition, avec des spécimens devenus adultes incapables de se nourrir correctement », ajoute le scientifique.

Pour les besoins de l’étude, la colonie test a reçu un substitut de nectar additionné d’une classe de pesticides appelés néonicotinoïdes, dont l’utilisation est réglementée au sein de l’UE mais qui restent largement utilisés dans le reste du monde. Lorsque les larves exposées à ces pesticides ont atteint l’âge adulte, leur capacité d’apprentissage a été évaluée à J+3 et J+12, et certaines d’entre elles ont ensuite été soumises à des scans cérébraux ultra détaillés reposant sur la microtomographie aux rayons X.

Les chercheurs ont testé les capacités d’apprentissage des abeilles en vérifiant si ces dernières étaient en mesure d’associer une odeur à une récompense alimentaire — Maciej Olszewski / Shutterstock.com

Des effets « potentiellement permanents » pour les insectes

Les résultats obtenus ont ensuite été comparés à ceux d’autres colonies dont les larves n’avaient pas été exposées du tout aux pesticides, ou chez qui seuls les spécimens adultes avaient reçu de la nourriture contaminée. Sans surprise, les analyses menées par les chercheurs ont révélé que la partie cérébrale liée à la mémorisation et l’apprentissage était largement moins développée chez les abeilles qui avaient été exposées aux pesticides au stade larvaire, et que les effets néfastes en découlant étaient « potentiellement permanents » pour les insectes.

« Il y a de plus en plus de preuves que les pesticides peuvent s’accumuler au sein des colonies d’abeilles. Notre étude met en avant les risques auxquels sont exposés les individus élevés dans un tel environnement, ainsi que le fait que ces substances impactent la future main-d’œuvre d’une colonie sur le long terme », avance le Dr Dylan Smith, du département des sciences de la vie de l’Imperial College de Londres.

« L’exposition directe des abeilles aux pesticides lorsqu’elles butinent ne doit pas être la seule considération afin de déterminer les dommages potentiels pour une colonie », conclut le scientifique.

L’équipe de recherche a utilisé la microtomographie pour scanner le cerveau d’une centaine d’abeilles. Une première dans ce domaine.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de