― Kobkit Chamchod / Shutterstock.com

Les premières conclusions empiriques de ces recherches menées par des chercheurs de l’université de San Diego montrent un lien clair entre l’apparition subite de ces symptômes et une infection au Covid-19.

La perte d’odorat et de goût parmi les symptômes initiaux les plus courants

« Nos travaux montrent que si vous subissez une perte brutale d’odorat et de goût, vous avez 10 fois plus de chances d’être touché par le Covid-19 que par d’autres sources d’infection », estime Carol Yan, otorhinolaryngologiste et auteure principale de cette étude récemment parue dans la revue International Forum of Allergy & Rhinology. « Bien que le premier signe d’une infection au Covid-19 reste la fièvre, la fatigue et la perte d’odorat et de goût font partie des autres symptômes initiaux les plus courants. »

« Le Covid-19 étant un virus extrêmement contagieux, ces résultats confirme la nécessité de prendre en compte ces déficiences sensorielles comme signes précurseurs d’une infection », souligne la scientifique.

Yan et ses collègues ont suivi 1 480 patients présentant des symptômes grippaux et s’inquiétant d’une éventuelle infection par le Covid-19. Au cours du mois de mars, ceux-ci ont subi différents tests, et il s’est avéré que 102 d’entre eux avaient effectivement contracté le virus. Selon la chercheuse, l’étude, qui incluait les résultats de 203 patients négatifs et de 59 patients testés positifs au Covid-19, a démontré la forte prévalence et la présentation unique de certaines déficiences sensorielles chez ces derniers.

Parmi ceux ayant déclaré une perte d’odorat et de goût, la déficience était généralement très marquée, mais les chercheurs ont constaté que ceux-ci connaissaient généralement un taux de récupération élevé, se produisant généralement dans les deux à quatre semaines suivant l’infection.

« Nous espérons que grâce à ces résultats, d’autres institutions suivront le mouvement »

« Nous avons heureusement constaté que la récupération était rapide pour la majorité des patients », précise Carol Yan. « Plus de 70 % ont signalé une amélioration au cours de l’enquête et parmi ceux qui n’avaient pas signalé d’amélioration, beaucoup n’avaient été diagnostiqués que tardivement. » Cette amélioration correspondait généralement au moment où le patient était considéré comme guéri.

Les chercheurs ont par ailleurs souligné que les sujets testés qui avaient déclaré souffrir d’un mal de gorge étaient globalement moins susceptibles d’avoir contracté le virus.

Afin de réduire le risque de transmission du virus, l’UC San Diego Health System inclut désormais la perte de l’odorat et du goût comme mesure de dépistage systématique pour les visiteurs et le personnel, et comme marqueur pour tester les patients potentiellement porteurs du virus.

Parmi les autres symptômes connus du Covid-19, on retrouve la fièvre, la fatigue, la toux et les difficultés respiratoires. Mais il s’est avéré que les personnes interrogées dans le cadre de l’étude étaient le plus souvent atteintes de formes plus légères de la maladie, ne nécessitant pas qu’elles soient hospitalisées ou intubées. Selon Yan, ces résultats soulignent l’importance d’identifier les symptômes précoces ou subtils de l’infection chez les personnes dont le rétablissement s’effectue en dehors des centres hospitaliers, plus susceptibles de transmettre le virus.

« Nous espérons que grâce à ces résultats, d’autres institutions suivront le mouvement, en ne se contentant pas de prendre en compte la perte d’odorat et de goût comme symptômes du Covid-19, mais en les utilisant comme mesure de dépistage du virus à l’échelle mondiale », conclut la chercheuse.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de