glace

Bien que très commune dans les oeuvres de science-fiction, la cryogénie reste un sujet délicat sur lequel la communauté scientifique se penche avec beaucoup de scepticisme. L’entreprise Alcor a d’ailleurs récemment attiré l’attention en préservant 199 têtes et corps de « patients » dans des caissons remplis de nitrogène liquide.

199 personnes attendant un remède à leurs maladies

Les images peuvent rappeler des films de science-fiction, mais celles-ci sont bien réelles. 199 personnes stockées dans des caissons de nitrogène liquide afin de mettre le temps sur « pause ». À l’intérieur de ces conteneurs se trouvent des humains et même des animaux de compagnie, attendant d’être ramenés à la vie dans un futur où la science aura suffisamment avancé pour soigner leurs maladies.

Reuters explique que la plupart des personnes « préservées » dans ces caissons sont atteintes de maladies dont le traitement n’existe pas encore à ce jour. « Nous disons qu’au lieu de se débarrasser du patient, donnez-le-nous. Nous allons les stabiliser, empêcher leur état de s’aggraver et les garder aussi longtemps qu’il le faudra pour que la technologie les rattrape et leur permette de revenir à la vie et de continuer à vivre », déclarait d’ailleurs à Reuters Alan Moore, ancien patron d’Alcor et désormais ambassadeur de l’entreprise.

La communauté scientifique très sceptique concernant ce procédé

Sur son propre site web, Alcor concède qu’aucun humain n’a à ce jour été ramené à la vie après avoir été cryogénisé. Et pour cause, l’entreprise est obligée d’attendre que le « patient » soit officiellement déclaré mort pour le prendre en charge. Une zone d’ombre non négligeable pour énormément de scientifiques, qui n’hésitent pas à montrer publiquement leur scepticisme à l’égard de ce procédé.

Le Dr Artur Caplan, directeur de la section d’éthique médicale de la faculté de médecine de l’université de New York, confie d’ailleurs à Reuters que « le concept de se congeler dans le futur est de la science-fiction mais aussi naïf ». Le docteur va même jusqu’à déclarer que « les seules personnes qui s’enthousiasment de cette possibilité sont celles spécialisées dans l’étude de l’avenir lointain ou celles qui ont intérêt à ce que vous payiez pour le faire ».

Il faut dire que ce procédé peut s’avérer très lucratif pour l’entreprise basée en Arizona. Reuters explique que le coût minimum pour préserver un corps est de 200 000 $ mais également de 80 000 $ pour un cerveau seulement. Un procédé qui n’a pas fini de faire débat.

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Hannibal
Hannibal
11 jours

Alcor, ainsi que la majorité des structures proposant de se faire cryoniser (le terme approprié pour des êtres humains, cryogénisé c’est pour la bouffe) ne sont pas des entreprises mais des associations ou fondations en fonction des règlements des différents pays. Elles sont établies de la sorte expressément pour éviter… Lire la suite »

Hannibal
Hannibal
11 jours

Alcor, ainsi que la majorité des structures proposant de se faire cryoniser (le terme approprié pour des êtres humains, cryogénisé c’est pour la bouffe) ne sont pas des entreprises mais des associations ou fondations en fonction des règlements des différents pays. Elles sont établies de la sorte expressément pour éviter… Lire la suite »