Deuxième boisson la plus consommée dans le monde après l’eau, le thé possède de nombreux bienfaits. Réputée pour ses propriétés diurétiques, antioxydantes et anti-inflammatoires, cette boisson miraculeuse a récemment fait l’objet d’une étude visant à étudier son action sur les maladies cardiaques et les risques d’accident vasculaire cérébral. Ainsi, boire du thé au moins 3 fois par semaine réduirait les risques du consommateur d’y être un jour confronté. 

Une étude menée par l’Académie chinoise des sciences médicales à Pékin est parue le 9 janvier dans la revue European Journal of Preventive Cardiology. Pendant une durée médiane de 7,3 ans, les chercheurs ont étudié les habitudes de consommation de thé de 100.902 Chinois de 15 provinces différentes. Les sujets ont répondu à des questions afin d’être répartis en deux groupes : les buveurs de thé habituels d’un côté (soit ceux qui en consomment au moins 3 fois par semaine sur le long terme), et les buveurs occasionnels ou non-buveurs de l’autre. Aucun n’avait d’antécédents médicaux de cancer, de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral. 

Ainsi, 31,6 % des participants buvaient régulièrement du thé, dont 48,2 % du nombre total d’hommes et 20,4 % des femmes. Les buveurs habituels de thé étaient plus susceptibles d’être des hommes, des fumeurs et des buveurs d’alcool. Chacun a également sélectionné dans son questionnaire les types de thé consommés.

— Marian Weyo / Shutterstock.com

Une protection non négligeable sur le long terme

Il est ressorti de l’étude que les amateurs de thé vert enregistraient un risque moindre de 20 % de maladie cardiaque et d’AVC, un risque moindre de 22 % de maladie cardiaque létale, et un risque abaissé de 15 % de mort toutes causes confondues par rapport aux consommateurs occasionnels et non-consommateurs.

Ainsi, les chercheurs ont estimé que les amateurs de thé développaient en moyenne un accident vasculaire cérébral ou une maladie coronarienne 1,41 an plus tard et qu’ils vivaient 1,26 année de plus que ceux qui ne buvaient pas ou peu de thé. Des chiffres qui encouragent fortement à la consommation !

Le docteur Dongfeng Gu insiste sur la nécessité de la consommation sur le long terme : “Des études sur les mécanismes ont suggéré que les principaux composés bioactifs du thé, à savoir les polyphénols, ne sont pas stockés à long terme dans l’organisme. Ainsi, la consommation fréquente de thé sur une période prolongée peut être nécessaire pour l’effet cardioprotecteur.”

De l’importance du choix du thé

Cependant, ces bienfaits ne se retrouvent pas dans tous les thés puisqu’ils sont surtout valables pour le thé vert ! En effet, parmi les buveurs de thé réguliers, 49 % consommaient le plus souvent du thé vert, tandis que 8 % préféraient le thé noir. Quant aux 43 % restants, ils se tournaient vers le thé parfumé ou d’autres types de thé. “La faible proportion de buveurs habituels de thé noir pourrait rendre plus difficile l’observation d’associations robustes, mais nos résultats suggèrent un effet différentiel entre les types de thé”, explique Dongfeng Gu, un des principaux auteurs de l’étude.

La préférence pour le thé vert est caractéristique de l’Asie de l’Est. Ce thé est une source de polyphénols, qui protègent des maladies cardiovasculaires et des facteurs de risque de la maladie, tels que la tension artérielle. Le thé noir, en revanche, est totalement fermenté. Ce processus oxyde les polyphénols et peut leur faire perdre leurs effets antioxydants. De plus, le thé noir est généralement servi avec du lait. Or, des recherches ont montré que le lait pouvait contrecarrer les bienfaits sur la santé de la consommation de thé. Un paramètre qui a son importance.

Si le thé apporte de nombreux bienfaits à son consommateur, il ne faut cependant pas oublier qu’il constitue, avec le café, l’un des principaux vecteurs alimentaires de caféine.

Et vous, êtes-vous un amateur de thé vert  ?

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de