Une nouvelle étude nous apprend que les perruches femelles préfèrent les mâles compétents en ce qui concerne l’accouplement. Tout comme la virtuosité d’un chant ou la beauté d’un plumage exotique, l’intelligence serait également prise en compte. Explications.

Que nous apprend cette étude ?

L’étude du 10 décembre 2019 publiée dans la revue Science et menée par les chercheurs Chinois des sciences et de l’Université néerlandaise de Leyde semble confirmer ce qu’avançait Darwin : l’intelligence est un critère apprécié par les perruches femelles dans le choix d’un mâle. Au total, 17 femelles et 34 mâles ont été utilisés pour étudier le comportement des femelles. Lorsque l’une d’entre elles devait choisir parmi deux prétendants, les chercheurs ont essayé de comprendre les raisons du choix. Et nous sommes loin du hasard.

Quand une perruche choisit son partenaire, elle passe quelques minutes avec, en se collant à sa cage. Mais, après avoir établi un premier choix, les chercheurs ont essayé de voir ce que cela donnerait s’ils donnaient une formation au mâle qui n’avait pas été retenu… Celui qui a été dans un premier temps préféré n’a, lui, rien reçu. La formation consistait à apprendre la marche à suivre pour ouvrir des petites caisses qui contiennent des graines. En bref, les chercheurs ont ensuite présenté les deux mâles face à la femelle, et leur ont demandé d’ouvrir les boites de graines. Mais celui qui n’avait pas été préféré ne savait pas comment l’ouvrir, alors que le non-désiré, qui a reçu une leçon pratique, pouvait démontrer toutes ses compétences !

À ce stade, les chercheurs pensaient que l’observation d’une telle démonstration allait changer l’avis des perruches femelles, et c’est exactement ce qu’il s’est passé : 8 des 9 perruches femelles du groupe ont changé de mâle, en passant finalement plus de temps avec l’individu qu’elles avaient boudé dans un premier temps.

Que retenir de cette étude ?

L’intelligence est donc un élément notable et apprécié dans le choix d’un partenaire, chez les perruches. Les auteurs de l’étude avancent que « L’observation directe de compétences cognitives peut affecter les critères de préférence du partenaire”. On peut sans conteste affirmer le fait qu’un animal plus intelligent, plus doué ou plus cultivé (comme après sa formation, par exemple) est capable d’avoir un avantage de poids dans le circuit reproductif général. L’observation est également une phase majeure qui permet la prise de décision finale d’une femelle.

Pour le moment, cette étude est isolée et ne permet pas, pour autant, de dresser des généralités et de tirer des parallèles avec d’autres espèces. C’est en revanche une étape énorme dans l’étude des préférences entre partenaires chez les animaux, et plus spécifiquement chez les perruches.

Alex Kacelnik, un expert comportementaliste de l’Université d’Oxford, explique à Forbes que l’on peut tirer deux gros enseignements de cette recherche : “Les femmes peuvent préférer des hommes compétents, car elles apporteront des avantages directs (c’est-à-dire que les l’accès de la femelle à la nourriture) ou parce qu’ils ont des traits héréditaires qui sont transmis à la progéniture”. La communauté scientifique s’accorde à dire que les résultats sont intéressants et méritent d’être approfondis.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de