Le Venezuela dispose de la plus grande réserve de pétrole au monde, et pourtant le pays se trouve actuellement en pénurie d’essence. En effet, les Vénézuéliens souffrent actuellement de la pire pénurie de carburant de l’histoire du pays, obligeant la population à s’adapter de manière drastique et entrainant les autorités locales à appliquer des mesures inédites.

File d’attente de plusieurs kilomètres, achat au marché noir, abandon des véhicules : les solutions face à la pénurie de carburant

Le secteur pétrolier du Venezuela a été gravement endommagé par des années d’instabilité politique et économique. Bien que le pays dispose de la plus grande réserve de pétrole au monde, plusieurs États du pays se trouvent actuellement en pénurie d’essence. À noter que ce n’est pas la première fois que le pays souffre de pénuries de gaz, mais les crises précédentes ont été imputées à une mauvaise distribution et à l’inefficacité logistique. Actuellement, cependant, beaucoup commencent à craindre qu’il n’y ait tout simplement plus assez de carburant pour tous.

En effet, la détérioration continue des infrastructures ainsi que d’autres problèmes d’ordre financier ont provoqué une nette diminution de production de pétrole. Si les raffineries locales arrivaient autrefois à produire plus d’un million de barils de pétrole auparavant, actuellement ce chiffre s’est vu réduire à 100 000 barils. Pourtant, la consommation de carburant du pays est loin d’avoir diminué, et le pays est désormais obligé d’en importer. Par ailleurs, l’industrie pétrolière chaotique du Venezuela a été plus affaiblie encore par les sanctions américaines, qui ont sévèrement restreint toutes les importations de carburant. Ajoutant à cela la crise économique qui prive le pays de liquidité pour s’approvisionner.

Résultat des courses : il faut actuellement attendre plusieurs heures, voire plusieurs jours pour pouvoir obtenir quelques litres de pétrole. De nombreuses stations-service du pays ont même dû fermer leurs portes et certains consommateurs ont choisi de s’approvisionner sur le marché noir. Le prix est pourtant loin d’être abordable au noir, puisque le litre s’y vend 3 dollars, soit plus de la moitié du salaire minimum local qui s’élève à 5 dollars. Pour faire face à la pénurie, certains usagers ont dû renoncer à l’usage de véhicule motorisé pour assurer leurs déplacements.  

— testing / Shutterstock.com

Une augmentation historique du prix du carburant au Venezuela

Du côté du gouvernement, des mesures inédites ont également été mises en place. Parmi ces mesures, un plan de rationnement et des calendriers d’approvisionnement ont été imposés. Il a cependant été constaté que ces mesures étaient insuffisantes pour faire face à la crise, obligeant les autorités locales à augmenter le prix du carburant. En effet, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a officiellement annoncé que les prix du carburant augmenteraient à partir de ce mois de juin, a rapporté Reuters. C’est un changement de politique historique après des décennies de subventions qui ont permis aux Vénézuéliens de remplir leurs réservoirs quasi gratuitement. Maduro a également autorisé les stations-service à vendre leur carburant au prix international, mettant ainsi fin au monopole de l’État dans la vente de carburant.

Il est à savoir que cette annonce fait suite à l’arrivée de pétroliers iraniens chargés de millions de barils d’essence. Par rapport à cette arrivée salvatrice, Maduro a déclaré lors d’une conférence de presse : « L’essence que nous avons reçue de l’Iran a été payée en dollars. Et beaucoup de gens proposent, et je suis d’accord, que nous devrions facturer l’essence. » Par ailleurs, si ce pétrole iranien va grandement aider le Venezuela, la quantité d’essence importée ne sera suffisante que pour environ cinq semaines de consommation interne. À noter également que cette aide apportée par l’Iran intervient alors que les tensions qui règnent entre ce pays et les États-Unis ne cessent de croître.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de