Aux Pays-Bas, une police spécialisée vient désormais au secours des animaux maltraités

En matière de protection animale, les Pays-Bas font office de précurseur. Le pays compte une unité policière spécialisée dans le secours aux animaux, qu’ils soient séquestrés ou en danger. Une initiative présente depuis 2011 et qui a permis la mise en place de nouvelles lois dédiées au bien-être de nos compagnons à 4 pattes. 

 

QUEL EST LE RÔLE DE CETTE POLICE DES ANIMAUX ?

Comptant 250 agents travaillant à temps plein à la protection des animaux, cette police spécialisée a pour mission de répondre aux signalements d’animaux en danger et de leur venir en aide. Entre appels et patrouilles, les journées de cette police sont rythmées notamment par les sauvetages. Ils peuvent aussi bien aider un phoque échoué sur une plage ou libérer un chien retenu sur un balcon alors qu’une tempête de neige survient.

Le New York Times explique que leur travail résulte d’un savant mélange de « protection des animaux et de services sociaux humains, pour trouver des solutions pratiques – comme des visites mensuelles à un chien perturbé et son propriétaire pour s’assurer que tout va bien – et des procédures judiciaires comme des amendes ».

 

UNE PROMESSE DE CAMPAGNE RÉALISÉE ?

Depuis 2011, les Pays-Bas multiplient les actions en faveur du bien-être animal. Dans un premier temps, un numéro spécial, le 144, a été mis en place pour signaler tout animal qui serait dans une situation dangereuse. Des équipes interviennent alors pour secourir les animaux quel qu’ils soient. Mais il faut souligner que cette volonté de créer une police des animaux a d’abord été une promesse de campagne.

En 2010, dans le cadre des élections législatives, le candidat Geert Wilders représentant le Parti pour la liberté (PVV) réclamait alors une formation dédiée à la protection animale pour 800 policiers. Le parti ayant soutenu les libéraux-démocrates, le projet a pu se mettre en place. Mais en 2012, le service a failli être supprimé par le gouvernement. C’est à la demande de la police nationale, très impliquée dans la cause animale, que cette équipe a pu survivre en étant plus réduite.

 

AGIR POUR AIDER LES ANIMAUX SÉQUESTRÉS OU EN DANGER

Si d’autres organisations souhaiteraient que les actions consacrées à la protection animale soient plus nombreuses, la police des animaux représente déjà un soutien de taille dans ce combat.

Suite à la mise en place de cette police, des lois sur la protection des animaux ont également été créées  « dans l’intérêt de la santé et du bien-être des animaux et de la santé publique ». Aux Pays-Bas, sur les millions d’appels que reçoivent chaque année la police, 3 000 concernent des animaux en danger et seulement 20 % des cas recensés seraient malveillants.


La terre est ma patrie et l’humanité, ma famille

— Khalil Gibran