Une étude italienne a constaté qu’un part des sujets considérés comme guéris du Covid-19 étaient encore porteurs du virus. Ce qui pousse ses auteurs à recommander aux personnes récemment remises de la maladie d’éviter tout contact étroit avec leur entourage, de porter un masque et de subir des tests supplémentaires.

Une part non négligeable des patients considérés comme guéris encore porteurs du virus

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue American Journal of Preventive Medicine, une équipe de scientifiques de la Fondazione Policlinico Universitario, en Italie, a suivi plus d’une centaine de patients remis du Covid-19. Et il s’est avéré que près de 16,7 % d’entre eux ont été testés à nouveau positifs au virus. « Nos recherches indiquent qu’une part non négligeable des patients guéris du Covid-19 pourraient encore être des porteurs asymptomatiques du virus », note Francesco Landi, auteur principal de l’étude.

Les chercheurs ont par ailleurs constaté que les patients qui continuaient à présenter des symptômes respiratoires, en particulier des maux de gorge et des rhinites, après leur rétablissement avaient également plus de chances d’être testés à nouveau positifs. « Alors que les cliniciens et les chercheurs se sont concentrés sur la phase aiguë du Covid-19, ces résultats montrent qu’il est nécessaire de continuer à surveiller ses effets à plus long terme, après avoir quitté l’hôpital », estime notamment Landi.

Les 131 patients évalués par les scientifiques italiens remplissaient tous les critères fixés par l’OMS pour pouvoir être considérés comme guéris. Impliquant notamment que ceux-ci ne souffrent pas de fièvre depuis au moins 72 heures, présentent une amélioration de leur état de santé général et de tous symptômes liés au Covid-19, ainsi que deux résultats négatifs aux tests PCR pour le virus du SARS-CoV-2, réalisés à au moins 24 heures d’intervalle.

Une étude britannique a récemment rapporté plusieurs cas avérés de réinfection par le Covid-19 — Noiel / Shutterstock.com

Des symptômes persistants chez un nombre important de sujets

L’équipe n’a pas observé de différences significatives entre les patients dont les tests étaient positifs et ceux dont les tests étaient négatifs, en matière d’âge, de sexe, de temps écoulé depuis l’apparition de la maladie, de nombre de jours d’hospitalisation ou de traitements reçus. Cependant, il s’est avéré que certains symptômes, incluant fatigue (51 %), respiration laborieuse (44 %) et toux (17 %) étaient toujours présents chez un nombre important de sujets.

« La question à laquelle il faut encore répondre pour contenir la pandémie de SARS-CoV-2 est de savoir si la présence persistante de fragments du virus signifie que les patients sont toujours contagieux », note Landi. « Le test RT-PCR recherche de petits fragments d’ARN viral. Un prélèvement positif peut révéler si les patients continuent d’excréter des fragments de virus, mais il n’est pas capable de discerner s’ils sont ou non infectieux. »

Bien qu’aucun cas positif n’ait été enregistré dans l’entourage des patients à nouveau testés positifs, suggérant une faible infectiosité, les auteurs de l’étude encouragent les personnes considérées comme guéries à continuer à appliquer les gestes barrière (distanciation sociale, port du masque, lavage régulier des mains…).

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de