Le signalement de plusieurs cas de réinfection aux États-Unis, en Europe et en Asie montre qu’il reste encore beaucoup à apprendre en matière de réponse immunitaire et soulève également des questions sur la vaccination.

« Il devient de plus en plus évident que les réinfections sont possibles »

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Lancet Infectious Diseases, différents cas de réinfection ont été rapportés, dont celui d’un Américain âgé de 25 ans originaire de Reno, dans le Nevada. Aujourd’hui rétabli, l’homme avait été testé positif en avril dernier après avoir présenté de légers symptômes, puis avait contracté une seconde fois la maladie en mai, sous une forme plus sévère. Bien que ce type de cas semble rare, sa survenue dans différentes parties du globe, notamment l’Asie du Sud-Est, inquiète les chercheurs.

Aux Pays-Bas, l’Institut national de la santé publique a confirmé en début de semaine qu’une Néerlandaise de 89 ans, également atteinte d’une forme rare de cancer de la moelle osseuse, était récemment décédée après avoir contracté une seconde fois le Covid-19. Selon les médias locaux, il s’agirait du premier cas de décès connu consécutif à une réinfection par le SARS-CoV-2.

« Il devient de plus en plus évident que les réinfections sont possibles, mais nous ne sommes pas encore en mesure de déterminer à quelle fréquence elles apparaissent », a déclaré Simon Clarke, expert en microbiologie à l’université britannique de Reading. « Si les gens peuvent être réinfectés facilement, cela pourrait aussi avoir des implications pour les programmes de vaccination ainsi que pour notre compréhension de quand et comment la pandémie va se terminer. »

— DimaBerlin / Shutterstock.com

La possibilité d’une immunité collective à nouveau remise en question

Les médecins du patient du Nevada, ayant signalé le cas pour la première fois en août dans un document non révisé par des pairs, ont déclaré que des tests sophistiqués avaient montré que les souches de virus associées à chaque épisode d’infection étaient génétiquement différentes. Selon les auteurs de l’étude, « ces résultats mettent en évidence le fait que nous n’en sachions pas encore suffisamment sur la réponse immunitaire face à cette infection ».

« Le fait qu’il soit possible d’être réinfecté par le SARS-CoV-2 suggère qu’un vaccin contre le Covid-19 pourrait ne pas offrir une protection totale », a estimé Brendan Wren, professeur de vaccinologie à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, précisant que le cas du Nevada constituait le cinquième exemple confirmé de réinfection dans le monde.

« Cependant, étant donné les (plus de) 40 millions de cas signalés à travers le monde, ce nombre infime de réinfections ne devrait pas perturber les efforts déployés pour la mise au point de vaccins », a-t-il ajouté.

L’Organisation mondiale de la santé, par l’intermédiaire de son porte-parole Tarik Jasarevic, a également convenu que le cas américain mettait en évidence un manque de connaissances concernant la réponse immunitaire, remettant une nouvelle fois en question la possibilité d’une immunité collective.

— phanira / Shutterstock.com

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de