Soleil couchant sur la Seine à Lavacourt, effet d’hiver. Claude Monet (1840-1926). Huile sur toile, 1880. — Paris Musées Collection, Licence Creative Commons Zero

Bonne nouvelle pour les amateurs d’art et tous les curieux ! Le site Paris Musées a, depuis le 8 janvier, mis à disposition plus de 150 000 reproductions numériques d’oeuvres exposées dans les musées de la capitale. Ces images, libres de droits car tombées dans le domaine public, sont désormais accessibles au moyen d’une plateforme. L’organisme Paris Musées représente à ce jour 14 musées et lieux importants de la vie culturelle parisienne.

Une démocratisation de l’accès à la culture

Offrir ces images en très haute définition et les rendre libres d’accès fait suite à une décision prise il y a un peu plus d’un an (15 novembre 2018) par le Conseil de Paris. Cette démarche avait pour objectif « d’élargir l’accès aux collections », de les faire connaître et de démocratiser l’accès à la culture, « au même titre que la gratuité d’accès aux collections permanentes depuis 2001 ou la rénovation des parcours muséographiques de plusieurs de nos établissements », déclare Delphine Lévy, directrice générale de Paris Musées. 

Il faut désormais « renforcer les actions en faveur d’un meilleur accès à l’art et à la culture » : peintures, photographies, estampes sont donc libres de tous droits d’auteur. Ces reproductions d’œuvres peuvent être téléchargées librement et utilisées sans restrictions. Pour Paris Musées, il s’agit également d’une démarche « de valorisation, de médiation et de sensibilisation pour guider les internautes »

Portrait de Victor Hugo par Léon Bonnat (1833-1922). Huile sur toile. 1879. /— Paris-Musée Collections, licence Creative Commons Zero

150 000 oeuvres disponibles en libre accès

Le moteur de recherche du site de Paris Musées permet de filtrer par musée, par période et par typologie (estampe, photographie, peinture…). « Les amateurs d’art pourront par exemple télécharger les œuvres des grands noms de la photographie (Atget, Blancard, Marville, Carjat…) ou de la peinture (Courbet, Delacroix, Rembrandt, Van Dyck…) », indique le communiqué des musées. 

Par ailleurs, Paris Musées s’est associé avec l’organisme Wikimedia « pour, entre autres, illustrer Wikipédia[…] et encourager la rédaction de contenus sur les œuvres, mais aussi les collections et périodes concernées« . Paris Musées est « la première institution française parisienne » à s’approprier la licence Creative Commons Zero afin de proposer un « nombre considérable de reproductions en haute définition ».

On ne peut cependant pas observer ni de reproductions de sculptures ni d’objets d’arts décoratifs, ce que Didier Rykner, directeur du site La Tribune de l’Art, regrette. En effet, ce dernier est partisan d’un libre accès généralisé à toutes les œuvres tombées dans le domaine public. « La mise en ligne des reproductions des œuvres en trois dimensions est à l’étude juridiquement », répond Delphine Lévy.

Une mise en avant d’un patrimoine national

Selon Philippe Rivière, et depuis 2013, plus de 320 000 œuvres des collections des musées de la ville de Paris ont été numérisées. L’objectif est d’arriver à 600 000 œuvres numérisées en 2021. Elles ne sont cependant pas toutes disponibles en libre accès, puisque le droit d’auteur, qui ne “disparaît” que soixante-dix ans après la mort de l’artiste, protège encore beaucoup d’oeuvres.

Pour Philippe Rivière, cette stratégie d’ouverture contribue à « une plus grande diffusion des collections et renforce la visibilité des œuvres des collections parisiennes en France et à l’étranger. Ces images, parce qu’elles sont en haute définition, ressortiront mieux dans les résultats de recherches des internautes, au final c’est notre patrimoine que l’on met en avant. » Si les partisans du libre accès sont ravis, d’autres craignent que leurs oeuvres d’art favorites se retrouvent sur n’importe quel accessoire et utilisées par n’importe quel fabricant sans scrupule, ce à quoi Philippe Rivière rétorque que « l’important est la circulation de ces images« .

Cette démarche de Paris Musées est loin d’être singulière, puisque de nombreux musées à l’étranger ont déjà adopté cette démarche, comme par exemple le Metropolitan Museum de New York, la National Gallery de Londres, le Rijksmuseum d’Amsterdam ou la Kunsthalle de Karlsruhe. 

Jean-Jacques Henner (1829-1905). Nymphe couchée. Huile sur toile. 1887. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. / — Paris-Musée Collections, licence Creative Commons Zero

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de