Paris Games Week : ce qu’il faut retenir de l’édition 2017

Face à l’E3 de Los Angeles, la Gamescom de Cologne et le Tokyo Game Show, maigres étaient les chances pour la France de rivaliser avec ces trois grandes instances du jeu vidéo. Mais en 2010, le SELL (Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs) a proposé un salon mondial à Paris : la Paris Games Week. Sept ans plus tard et alors que la 8e édition bat son plein, le Daily Geek Show eu la chance de s’y rendre. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la soirée presse du 31 octobre a séduit la rédaction.

 

Un salon de 80 000 mètres carrés

La presse était conviée au soir du 31 octobre à la Paris Games Week, soit le plus grand salon francophone de jeu vidéo. Le Daily Geek Show a donc pu arpenter les 80 000 mètres carrés de cet immense complexe, divisé en trois pavillons.

L’un d’eux était entièrement dédié à l’eSport, avec des stands consacrés à l’eSport World Convention et l’Electronic Sports League, tandis qu’un autre proposait le Paris Games Week Junior (des bornes accessibles aux plus petits) ainsi qu’un espace attribué aux écoles et formations en rapport avec le jeu vidéo (telles que Créajeux, Epitech…). Mais ce qui nous intéressait le plus, c’est le Pavillon 1, là où étaient présentés tous les titres à venir.

Crédits photo : Matthieu Garcia

Des jeux, encore des jeux !

Salon à la renommée désormais internationale, la Paris Games Week se devait de recevoir les meilleurs jeux à venir. De Far Cry 5 à Dragon Ball FighterZ, en passant par Call of Duty WWII, Star Wars Battlefront 2 et Detroit : Become Human, les titres vidéo-ludiques étaient nombreux et variés. Rassemblés sous les bannières des principaux éditeurs et constructeurs, les jeux étaient mis à la disposition des centaines de geeks et de gamers qui inondaient les allées. Petit tour d’horizon.

Le stand Ubisoft, du neuf avec du vieux

Premier stand que nous avons visité : Ubisoft. Deux jeux attiraient particulièrement l’attention : Assassin’s Creed Origins, sorti le 27 octobre dernier, et Far Cry 5, dont la date de commercialisation est fixée au 27 février 2018. Après 20 minutes d’attente puis 15 minutes de jeu chacun, les deux jeux se sont montrés à la hauteur de leurs ambitions : celles de proposer pour l’un une Égypte antique à explorer, et pour l’autre une virée en pleine Amérique profonde.

Si les deux titres sont divertissants et plaisants à jouer, ils ne demeurent que des suites. Autrement dit ils exploitent – voire surexploitent – les idées des opus antérieurs, pour rendre une copie certes inédite, mais surtout très inspirées des précédentes.

Parmi les autres titres de l’éditeur, nous avons noté la présence de South Park : l’Annale du Destin, Just Dance 2018 (avec une grande scène sur laquelle on pouvait danser), Ghost Recon Wildlands : Ghost War et Mario + the Lapins Crétins : Kingdom Battle.

Crédits photo : Matthieu Garcia

Le stand Playstation

S’il y a bien un constructeur qui a su faire de la Paris Games Week un rendez-vous presque immanquable, c’est bien Sony. Une fois n’est pas coutume, la firme japonaise a été la seule à tenir une conférence inédite. Elle a ainsi montré de nouvelles bandes-annonces de The Last of Us : Part II, de God of War, de Spiderman, de Detroit : Become Human, et du remake de Shadow of the Colossus.

Elle a également réaffirmé son désir d’imposer la réalité virtuelle au sein de tous les foyers. Enfin, elle a annoncé Ghost of Tsushima, un nouveau blockbuster, à destination de la Playstation 4, développé par Sucker Punch. De quoi démarrer la Paris Games Week sur les chapeaux de roues.

Il n’était donc pas étonnant de voir que le plus grand stand du salon appartenait à PlayStation. Accueillant sous son égide des titres multiplateformes très attendus tels que Call of Duty WWII, Star Wars : Battlefront 2 ou FIFA 18, le constructeur japonais attirait sans peine le chaland. Quant à ses exclusivités, elles étaient au rendez-vous, avec Detroit : Become Human et Gran Turismo Sport. Pour le reste des jeux Playstation présents sur le salon, on a pu compter sur Skyrim VR, Doom VR, Ace Combat, Ninokuni 2, Destiny 2… Du beau monde, en somme.

Le stand Xbox One X, faire-valoir de Microsoft

Cette fin d’année sera aussi marquée par la sortie de la nouvelle console de Microsoft, la Xbox One X ! Il était donc logique de la retrouver dans les allées du salon parisien. À cette occasion, le géant de Redmond proposait divers titres à tester, certains déjà sortis, d’autres à venir : La Terre du Milieu : l’Ombre de la Guerre, Forza Motorsport 7, Sea of Thieves, Super Lucky’s Tale, Playerunknown’s Battleground… Tous bénéficiaient de la puissance de la Xbox One X qui, rappelons-le, est « 40 % plus puissante que n’importe quelle autre console du marché » (la Playstation 4 Pro, pour dire son nom).

Crédits photo : Matthieu Garcia

De ce que nous en avons vu, la machine semble être à la hauteur de ses prétentions : les graphismes de Forza 7 sont à la limite du photo-réalisme. On regrettera cependant la relative pauvreté du catalogue face à celui de Sony ou de Nintendo. La Xbox One X sort le 7 novembre 2017.

Le stand Nintendo, un sans faute

Après avoir snobé l’édition de l’année dernière pour se concentrer sur sa Switch, Nintendo est revenu sur le devant de la scène pour fêter l’année 2017. Parmi les jeux à tester, on pouvait compter sur l’indétrônable Super Mario Odyssey, actuellement salué par les critiques, Splatoon 2, The Legend of Zelda : Breath of the Wild, ARMS, Xenoblade Chronicles 2, Pokken Tournament DX et bien d’autres ! Line-up très fourni pour le géant nippon qui a su mêler 3DS et Switch pour un standing de haut vol !

Mario et Luigi se promenaient le long du stand Nintendo. Ici, ils ont même été accompagnés par Deadpool.

Rien à dire sur la qualité des jeux proposés. Nintendo se relève ainsi de la difficile période de la Wii U et s’appuie sur ses licences phares pour multiplier les ventes. Rappelons qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, il s’est vendu dans le monde 6,6 millions de Switch (après seulement 9 mois de commercialisation) et 66,3 millions de 3DS.

Quant aux autres…

Bethesda avait également son petit ilot au fin fond du pavillon 1. On a ainsi pu mettre la main sur Skyrim et Doom sur Switch, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat se montre convaincant ! Selon nous, le format portable est un véritable plus et ne dénature en aucun cas le matériau de base. Pour autant, il faudra s’habituer à jouer avec les Joycon ! Car une fois fixés à la console, il est difficile de retrouver le confort d’une manette standard… Cela dit, ne vous inquiétez pas : les présentateurs du stand nous ont confié qu’une compatibilité totale à la manette est d’ores et déjà disponible.

Nous avons également pu mettre les mains sur Dragon Ball FighterZ, prometteur sur le papier… et dément manette en main ! Prévu pour le 26 janvier 2018, il est indubitablement l’un de nos coups de coeur du salon, tant il est nerveux, dynamique et fidèle à l’anime !

Et enfin, on a voulu tester Ark : Survival Evolved, désormais sorti il y a quelques temps. Mais malheur à nous, les serveurs ont craqué et il était pour nous impossible d’y jouer…

Malgré ses serveurs complètement bousillés, le stand d’Ark était l’un des plus travaillés.

Parce que le jeu vidéo, c’est aussi un business

Avec un chiffre d’affaires de 3,46 milliards d’euros rien qu’en France, l’industrie du jeu vidéo a de très beaux jours devant elle. Et ça, les organisateurs de la Paris Games Week l’ont bien compris. La place coûte 15 € pour les jeunes de moins de 18 ans et les étudiants, 19 € pour les autres. Le samedi c’est tarif unique : 20 €.

Juste en face du stand PlayStation (le plus grand et le plus fourni) se trouve celui de la FNAC, qui promet des prix plus compétitifs qu’à l’extérieur. Vers la sortie, on tombe sur plusieurs petits stands, vendant de nombreux objets dérivés : statuettes Dragon Ball, t-shirt Halo, porte-feuille Harry Potter… Un peu plus loin, un stand Urban Comics propose des montagnes de BD consacrées aux héros DC. Pour résumer, la culture geek fait recette et la Paris Games Week est l’occasion idéale d’écouler les stocks. En même temps, pourquoi se priver ? Autant rendre sa visite mémorable…

Le genre de figurines que l’on retrouve à la Paris Games Week. Plutôt jolies !

Pour résumer, la Paris Games Week 2017 est un événement à ne pas manquer. S’adressant à tous les publics, jeunes, moins jeunes, professionnels et moins professionnels, le salon accueille qui le veut ! L’expérience proposée est à la hauteur du prix.

Si vous voulez tester les jeux déjà sortis, vous faire un avis sur les futures sorties ou tout simplement profiter de l’ambiance totalement geek, n’hésitez plus ! L’événement se déroule du 1er au 5 novembre au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris.

Au revoir Paris Games Week et à l’année prochaine !

 


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux