neandertal
— Procy / Shutterstock.com

L’examen d’outils en pierre attribués à Néandertal a révélé la présence d’une substance adhésive composée, semblable à celle utilisée par les premiers Homo sapiens en Afrique.

Poignées « parfaites »

Publiée dans la revue Science Advances, la nouvelle étude a impliqué l’analyse microscopique d’artefacts vieux d’environ 40 000 ans, découverts il y a plusieurs décennies sur le site préhistorique du Moustier, en Dordogne. Leur surface s’est révélée présenter des traces de bitume, substance collante pouvant être obtenue à partir de pétrole brut mais également présente naturellement dans le sol, et d’ocre, un pigment naturel.

Selon l’équipe, l’emplacement de ces résidus organiques indique que la substance formait originellement un manche qui aurait rendu les outils plus faciles à tenir et à manipuler.

« Les outils présentaient deux types d’usure microscopique : l’une est le polissage typique des arêtes vives, généralement provoqué par le travail d’autres matériaux », détaille Radu Iovita, co-auteur de la nouvelle étude. « L’autre est un vernis brillant réparti sur toute la partie présumée tenue à la main, mais pas ailleurs, que nous avons interprété comme le résultat de l’abrasion de l’ocre due au mouvement de l’outil dans la poignée. »

Micrographies révélant des traces d’usure sur un outil utilisé par les Néandertaliens au Paléolithique moyen, ainsi que les restes de pigments et d’adhésifs — © D. Greinert / Staatliche Museen zu Berlin

Différentes expériences ont montré que la proportion de bitume et d’ocre utilisée par Néandertal permettait de former des poignées adhérant aux pierres taillées, mais pas aux mains humaines, illustrant une nouvelle fois l’ingéniosité de nos cousins disparus.

Des outils proches de ceux utilisés par les Homo sapiens précoces

Globalement, le degré de sophistication de ces outils et leurs similitudes étroites avec ceux utilisés par les premiers Homo sapiens africains renforcent l’idée que ces derniers et les Néandertaliens possédaient des schémas de pensée similaires.

« Ces découvertes constituent la première preuve d’un adhésif complexe en Europe et suggèrent que ces prédécesseurs de l’humain moderne avaient un niveau de cognition et de développement culturel plus élevé qu’on ne le pensait auparavant », concluent les chercheurs.

À noter qu’en juin dernier, l’examen d’échantillons de goudron trouvés sur un site préhistorique allemand avait suggéré l’utilisation d’une technique de pointe par les Néandertaliens pour transformer l’écorce de bouleau en colle.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments