— Vaclav Sebek / Shutterstock.com

Le changement climatique a déjà affecté de manière drastique de nombreux aspect de la nature terrestre. À cause de ce phénomène, de nombreuses espèces animales et végétales ont commencé à disparaître petit à petit. Ainsi, de nombreux êtres vivants risquent l’extinction. Parmi eux, nous pouvons citer les ours polaires. Selon les scientifiques, ces animaux pourraient disparaître à la fin du siècle si nous n’agissons pas.

Famine et perte d’habitat, les ours polaires ne pourront pas survivre à ces conséquences du changement climatique

Les ours polaires seront éteints d’ici 2100 à moins que l’on fasse davantage d’efforts pour lutter contre le changement climatique, a prédit une nouvelle étude réalisée par les scientifiques de l’université de Toronto. Les scientifiques affirment que certaines populations ont déjà atteint leur limite de survie alors que la glace de la mer arctique, sur laquelle les ours chassent les phoques, se rétrécit. L’étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature Climate Change, a en effet rapporté que certaines des 19 sous-populations d’ours polaires font déjà face à la famine, et ce, malgré leur capacité à rester à jeun pendant de longues périodes.

Par ailleurs, la fonte de la banquise représente également un défi de taille pour les femelles. Ces dernières entrent dans leur tanière en automne pour mettre bas durant l’hiver, et enfin, pour sortir au printemps avec leurs petits. Pour pouvoir suivre ce processus, elles doivent capturer assez de phoques en été pour survivre et pour faire vivre leurs petits pour les trois autres saisons. Malheureusement, la banquise de l’Arctique fond durant l’été et les femelles ours polaires ne peuvent pas chasser et se nourrir correctement.

Ainsi, il est très probable que de nombreux ours polaires commenceront à connaître un échec de la reproduction, conduisant à des extinctions locales d’ici 2040, a rapporté The Guardian. Ces pronostics sont loin d’être réjouissants, mais sont pourtant réalistes, dans la mesure où les ours polaires sont déjà sur la liste rouge de l’UICN en tant qu’espèce menacée d’extinction, avec moins de 25 000 individus restants répartis au Canada, en Alaska, en Sibérie, au Svalbard et au Groenland.

Dans l’évolution actuelle du changement climatique, il n’y a pas d’espoir pour les ours polaires

Le plus inquiétant concernant les faits rapportés par cette étude étant que même si les émissions de gaz à effet de serre sont maintenues à une augmentation plus modérée, cela ne pourra pas empêcher l’extinction des ours polaires. En effet, même si le réchauffement restait limité à 2,4 °C par rapport à l’ère industrielle, cela « ne garantirait pas la sauvegarde des ours polaires à long terme », a expliqué Steven Amstrup, auteur principal de l’étude et scientifique en chef de Polar Bears International, à l’AFP.

« Si par magie, même avec la hausse des températures, la banquise tenait, ce serait probablement bien pour les ours polaires. Mais leur habitat fond littéralement à mesure que les températures augmentent », a-t-il ajouté. Il est à savoir que les résultats de cette nouvelle étude correspondent aux projections d’études antérieures qui affirment également que la majorité des populations d’ours polaires ne survivront probablement pas au cours des 100 prochaines années si le changement climatique continue d’évoluer au même rythme.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de