L’or est sans aucun doute l’un des métaux les plus précieux de notre planète. Autrefois utilisé comme monnaie, et actuellement utilisé dans un grand nombre de domaines allant de la bijouterie à la pâtisserie, la valeur de l’or est plus importante que jamais auparavant. Mais savons-nous d’où vient cet or en réalité ? Découvrons-le tout de suite.

L’apparition de l’or dans l’Univers

Beaucoup de légendes et d’histoires extraordinaires entourent l’histoire de la création de l’or. Les anciens Aztèques croyaient, par exemple, que l’or était en fait « la sueur du soleil », une métaphore assez proche de la réalité, étant donné que l’or, comme la plupart des métaux lourds, a été forgé par un processus appelé fusion nucléaire. Cela s’est passé il y a environ 80 millions d’années avant la naissance du Système solaire.

Au début, après le Big Bang, seuls deux éléments se sont formés : l’hydrogène et l’hélium. Quelques centaines de millions d’années après le Big Bang, les premières étoiles se sont formées avec des supernovae. Ces incendies nucléaires ont contraint des éléments plus légers à former des éléments légèrement plus lourds, et ces réactions nucléaires ont libéré une énorme quantité d’énergie.

Des lingots d’or © Pixabay

Peu à peu, ces premières étoiles ont commencé à fabriquer des éléments tels que le carbone, l’azote, l’oxygène ; progressant dans le tableau périodique vers le fer. Une fois que ces étoiles ont manqué d’éléments légers à brûler, elles ont commencé à brûler des éléments plus lourds. C’est en brûlant ces éléments-là qu’ont été créés le fer, l’or et bien d’autres métaux.

Ce processus de la formation des métaux lourds s’appelle notamment le « processus r », et dans des termes plus techniques, c’est le phénomène dans lequel un noyau atomique se met rapidement en contact avec un groupe de neutrons libres avant que le noyau ait le temps de réaliser une désintégration radioactive. Ce processus ne survient qu’à la suite des événements les plus extrêmes de l’Univers comme des explosions stellaires (supernovae), ou lors des collisions d’étoiles à neutrons. A noter que ces phénomènes sont plutôt rares, du moins, par rapport à ce qui est actuellement observable avec la technologie actuelle.

De l’or et du quartz © Wikimedia / James St. John

L’arrivée de l’or sur Terre

En ce qui concerne l’or que l’on trouve sur notre planète, il nous est parvenu par le biais de météorites qui ont bombardé la surface de la Terre. Outre ceux arrivés de l’espace, la Terre dispose également de sa propre réserve de métaux en tout genre. En fait, au cours de la formation de la Terre, le fer en fusion a coulé en son centre pour former le noyau. Cela a dissous la grande majorité des métaux précieux de la planète, tels que l’or et le platine ; mais l’on peut toujours considérer que le noyau contient suffisamment de métaux précieux pour recouvrir toute la surface de la Terre.

De nombreuses recherches sont encore menées sur l’origine de l’or, de la platine et des autres métaux sur Terre, et récemment, Imre Bartos et Szabolcs Marka, des astrophysiciens de l’université de Floride et de Columbia, ont publié les résultats de leurs recherches sur le sujet dans la revue Nature. Lesdites recherches consistaient notamment à modéliser numériquement la production des actinides dans notre galaxie. À rappeler que les actinides sont un groupe d’éléments dans le tableau périodique de Mendeleïev.

Pour ce faire, les deux scientifiques ont analysé des restes d’isotopes radioactifs dans une très ancienne météorite. Ensuite, ils ont comparé ces valeurs avec les rapports isotopiques produits par une simulation informatique de la fusion d’étoiles à neutrons, c’est-à-dire des collisions stellaires cataclysmiques pouvant provoquer des ondulations dans la structure de l’espace-temps. Cela leur a permis de découvrir qu’une collision d’étoiles à neutrons, appelée kilonova, ayant commencé il y a environ 100 millions d’années avant que notre Système solaire ne se forme et se situant à 1 000 années-lumière de distance, aurait pu fournir à notre voisinage cosmique de nombreux éléments plus lourds que le fer.

Une pépite d’or © Pixabay

Les résultats de leurs recherches ont ainsi confirmé la théorie précédemment énoncée, et ont apporté des informations importantes sur la formation d’autres métaux, dont notamment le curium et le plutonium.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de