10 millions de sacs plastiques sont utilisés chaque minute dans le monde, seuls 9 % sont recyclés…

Le 5 juin 2018 avait lieu la journée mondiale de l’environnement ayant pour thème “combattre la pollution plastique”. À cette occasion, l’ONU a publié un rapport sur “l’état des plastiques” ainsi qu’une feuille de route destinée aux gouvernements, entreprises et citoyens sur les 10 étapes pour combattre cette pollution.

 

LES DANGERS DU PLASTIQUE

5 000 milliards de sacs en plastique consommés par an, 10 millions par minute, les chiffres du nouveau rapport de l’ONU ont de quoi inquiéter lorsque l’on sait que seul 9% du plastique produit est recyclé. Les autres finissent inévitablement dans des décharges dans le meilleur des cas, dans la nature et dans les océans le cas échéant. Le plastique met des milliers d’années à se décomposer quand il ne finit pas dans l’estomac des animaux avant.

Les sacs plastiques ne sont pas qu’un danger pour les animaux. En bouchant les égouts, ils entraînent la prolifération de moustiques transmetteurs de maladies. Dans les pays les plus pauvres, les déchets plastiques brûlés pour le chauffage ou la cuisine provoquent des émissions de gaz toxiques. Tout aussi alarmants, l’ONU a mis en avant que des micro-plastiques ont été retrouvés dans des sels vendus en supermarché et que 90% de l’eau en bouteille, ainsi que 83 % de l’eau du robinet en contenaient également.

D’après l’ONU, “une grande partie du plastique que nous produisons est conçue pour être jetée après une seule utilisation”. Et c’est là le grand problème, notre culture du tout jetable et de l’usage unique, alors que le plastique devrait être une ressource précieuse à exploiter avec modération. Pour l’ONU, « nous sommes d’ores et déjà incapables de faire face à la quantité de déchets plastiques que nous produisons.” mais si nous ne changeons rien à nos politiques et comportements, la production de plastique montera en flèche d’ici 10 à 15 ans.

DES SOLUTIONS À TROUVER

Côté économie, l’ONU met en avant le coût incroyable du plastique aux gouvernements. Dans la région Asie Pacifique, il coûte 1,3 milliard de dollars par an à l’industrie du tourisme, de la pêche et des transports maritimes. Le nettoyage des côtes et des plages coûte environ 630 millions d’euros par an à l’Europe. L’ensemble des dommages économiques causés par le plastique dans les océans s’élève à 13 milliards de dollars par an.

Pour les auteurs du rapport, il n’est ni possible ni souhaitable de faire disparaître totalement le plastique. Pour enrayer la catastrophe, l’ONU affirme qu’il n’y a pas de solution unique mais préconise cependant une meilleure collaboration des industriels, des consommateurs et des gouvernements.

Ils appellent les gouvernements à “soutenir le développement et la promotion de solutions de remplacement durables en construisant des infrastructures, en élaborant de nouvelles lois et en finançant la recherche et le développement”. Les auteurs indiquent par ailleurs que les taxes et les interdictions des gouvernements sont souvent les solutions les plus efficaces pour lutter contre la surconsommation de plastique.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux