Selon cette vaste étude compilant des données récoltées au cours des cinquante dernières années, l’impact du réchauffement climatique sur les populations d’oiseaux évoluant au Royaume-Uni s’avère globalement positif. Explications.

24 des 68 espèces analysées impactées par le réchauffement climatique

Les recherches menées conjointement par le British Trust for Ornithology (BTO) et l’agence gouvernementale de conservation Natural England ont révélé que quelque 13 espèces, parmi lesquelles figurent le bruant, le roitelet huppé et la mésange à longue queue, ont vu leurs populations augmenter d’au moins 10 % en raison du changement climatique.

D’après l’étude des chercheurs, dont les conclusions ont été publiées dans la revue Bird Study, la hausse globale des températures constatée ces dernières années au Royaume-Uni a probablement eu un effet positif sur les espèces locales en améliorant leur taux de survie durant l’hiver.

bearacreative / Shutterstock.com

Le changement climatique affecte environ un tiers des oiseaux nicheurs britanniques. Sur les 68 espèces surveillées entre 1966 et 2015, 24 ont connu une évolution importante de leurs populations directement liée aux températures ou aux précipitations, et 19 d’entre elles ont été impactées positivement par les effets du changement climatique.

« Les populations de plusieurs espèces d’oiseaux locales sont probablement beaucoup plus importantes qu’elles ne l’auraient été sans le changement climatique », écrivent les chercheurs, qui estiment cependant qu’un réchauffement supplémentaire pourrait s’avérer plus problématique.

Des effets globalement positifs

Bien que trois espèces (coucou, chouette chevêche et paruline des joncs) aient vu leurs populations décliner d’au moins 10 % en raison du changement climatique, celui-ci a dans le même temps contribué à freiner les baisses de populations de plusieurs espèces britanniques (bruant des champs, perdrix grise…) considérées comme en déclin depuis plusieurs décennies. Les données utilisées pour les besoins de l’étude provenaient du BTO, du Joint Nature Conservation Committee et de la Royal Society for the Protection of Birds, dont les relevés sur le terrain sont effectués par des bénévoles.

Comme l’explique James Pearce-Higgins, membre du British Trust for Ornithology et principal auteur de l’étude : « Compte tenu des conditions météorologiques changeantes en Grande-Bretagne, il peut être compliqué pour nous de voir les impacts à long terme du changement climatique. Mais grâce aux efforts de nos ornithologues bénévoles qui recensent les oiseaux en Angleterre depuis plus de 50 ans, nous avons été en mesure d’estimer que le changement climatique affectait déjà environ un tiers des populations des espèces nicheuses évoluant au Royaume-Uni. »

« Si certains de ces impacts on entraîné une augmentation des populations, en raison d’hivers rigoureux régulant naturellement les effectifs de certaines espèces locales se faisant de moins en moins fréquents au fil du temps, d’autres semblent cependant avoir décliné », conclut le chercheur.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de