Approchez monstres et valkyries dans le monde fantastique d’Odin Sphere, ce RPG oublié de la PlayStation 2

Au milieu des Dragon Quest, Kingdom Hearts et autres Final Fantasy, une petite perle du RPG a su se faire remarquer dans l’imposant catalogue de la PlayStation 2 : Odin Sphere. Derrière son nom semblant tout droit sorti d’une légende nordique, ce jeu vous propose une aventure envoûtante, à la fois magnifique à regarder mais aussi novatrice en termes de gameplay. SooGeek revient sur ce RPG oublié qui a conquis le cœur des connaisseurs à sa sortie. 

 

On raconte bien des légendes sur les héros, des faits d’armes qui les ont fait connaitre à leur passé souvent mystérieux. Souvent cantonnées aux contes de fées, leurs histoires ont néanmoins été réunies dans des livres. Mais même les livres peuvent être incomplets. Et aujourd’hui, vous devez faire revivre ces héros en les incarnant et en parcourant les pages de leur histoire. Cinq héros légendaires ont ainsi besoin de votre aide : Mercedes la reine des fées, Oswald le chevalier à l’armure noire, Gwendolyn la valkyrie, Velvet la princesse du Royaume de Valentine et Cornelius le prince Pooka. Tous doivent revivre leur histoire et travailler ensemble afin de sauver le continent d’Erion d’une destruction annoncée.

 

odin-sphere-groupe

 

Développé par Vanillaware (studio derrière des titres comme Muramasa : The Demon Blade ou Dragon’s Crown) et édité par Square Enix, Odin Sphere est un action-RPG sorti en 2008 sur PlayStation 2. Remarqué à sa sortie par les critiques, ce titre à l’opposé des tendances de l’époque a soufflé un vent de nouveautés dans le monde des RPG. Et il a plus d’un tour dans son disque pour séduire les amateurs du genre.

La première chose qui vous saute aux yeux quand vous démarrez le jeu, ce sont ses graphismes. Loin de la tendance de l’époque qui consistait à créer les plus belles images en 3D, Odin Sphere possède des graphismes entièrement en 2D, marque de fabrique du studio Vanillaware. Colorés et envoûtants, ils vous plongent directement dans le monde d’Erion avec un rendu visuel parfois proche de la peinture à l’huile. Entre l’œuvre d’art et le dessin animé, les animations sont fluides et chaque détail semble pensé pour rendre au mieux cet univers empreint de magie. Étonnant graphiquement mais parfaitement réalisé, Odin Sphere a d’abord conquis grâce à ses graphismes, mais aussi grâce à son gameplay assez inhabituel pour le genre.

 

odin-sphere-velvet-combat

 

Loin des RPG classiques, Odin Sphere ne vous demande pas de gagner de l’expérience pour progresser. Il est même assez proche de la vraie vie car vos héros doivent manger pour gagner de nouvelles compétences. Proches de la nature, c’est en développant leurs talents pour la botanique, la cuisine et l’alchimie que vous faites progresser les personnages. Chaque élément consommé permet à votre personnage d’évoluer, mais il faut pour cela planter, prendre soin et concocter pour voir vos efforts récompensés. Et même si vous êtes bien nourri, il faut vous méfier avant de commencer les combats. Des combats bien plus stratégiques qu’ils en ont l’air de prime abord. Le jeu se revendique comme un action-RPG, mais ici, pas de beat’em all où il suffit de taper pour triompher. Et il faut varier les mouvements pour survivre lors des combats en scrolling horizontal.

Son gameplay plus axé sur l’évolution des personnages en fait déjà un jeu atypique, mais la progression de l’histoire d’Odin Sphere est elle aussi assez originale. Alors que dans d’autres titres les personnages évoluent ensemble, ici, vous découvrez via les aventures de chaque protagoniste sa version des événements jusqu’au combat final avec les 4 autres héros. Il peut les rencontrer au cours de son aventure et les actions qu’il effectue influeront sur le chapitre final, mais avant celui-ci, il ne croise qu’occasionnellement les autres personnages. Une manière peu conventionnelle mais plaisante de découvrir tous les secrets du jeu et de mieux comprendre l’évolution ainsi que l’histoire de chaque personnage.

 

odin-sphere-gwendolyn

 

Enfin, il vous plonge, comme son nom le laisse sous-entendre, en plein cœur de la mythologie nordique. Au-delà des valkyries, des guerriers et des fées que vous allez croiser au cours de l’aventure, les dragons, Vikings et autres esprits qui tenteront de vous arrêter semblent tout droit sortis des légendes du Nord. On y trouve même le puissant Odin, équipé d’une imposante armure mais que les années semblent avoir fatigué. Et les différents lieux qui composent Erion viennent compléter cette aventure dans les terres septentrionales avec des noms tels que Ringford, Titania, Endelphia ou Ragnanival.

Si ses nombreuses qualités en ont vite fait un titre phare de la PS2, le titre n’a pas rencontré le succès commercial espéré. Lancé en Europe plus d’un an après les autres régions du monde et en quantité limitée, Odin Sphere n’a pas connu à l’époque le succès qu’il méritait. Toutefois, les fans ne l’ont pas oublié et le titre aura droit en juin 2016 à un remake HD disponible sur PS4, PS3 et PS Vita baptisé Odin Sphere : Leifdrasir.

 

 

Assez éloigné des RPG classiques, Odin Sphere nous offre une expérience de jeu aussi atypique qu’exceptionnelle. En se réappropriant la mythologie nordique, le jeu nous fait découvrir un univers encore peu exploré jusque-là en termes de scénario. Ses graphismes à couper le souffle nous plongent dans un monde entre réalisme et fantastique où il ne suffit pas de combattre mais aussi de prendre soin de soi pour triompher. Bref, un RPG comme on en voit que très rarement et qui donne envie de ressortir la PS2. Préférez-vous des titres comme Odin Sphere ou des jeux où le combat prime au détriment du personnage ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux