Passez du réel à la fiction avec l’Oculus Rift, ce casque révolutionnaire qui démocratise la réalité virtuelle

L’histoire de Dennis Muren est vraiment passionnante. Sa vie pourrait être un film, tant son ascension fut spectaculaire. Véritable pionnier des effets spéciaux numériques, le savoir-faire inégalable de Muren a permis la démocratisation des techniques les plus pointues. Chez SooGeek nous sommes admiratifs de son talent, de sa carrière et surtout de son travail sur Star Wars !  Selon vous, pour quel film Dennis Muren a-t-il réalisé les meilleurs effets spéciaux ?

 

Non, il ne s’agit pas d’un sortilège tout droit sorti de Harry Potter ! L’Oculus Rift est un casque de réalité virtuelle créé par le jeune hobbyist Palmer Luckey et lancé par une campagne Kickstarter. Si cet objet ne provient pas de l’univers de J. K. Rowling, sont histoire plutôt magique aurait très bien pu faire l’objet d’un livre ! Détenteur d’une large collection de masques de réalité virtuelle, Palmer Luckey reste néanmoins insatisfait de l’expérience de jeu qu’ils offrent. Qu’à cela ne tienne, en 2012, le jeune homme âgé de 19 ans décide de construire son propre système. Pour donner de la visibilité à son projet, Luckey retranscrit son avancée sur un forum internet. Coup de chance, John Carmack – le cofondateur de la société id Software – fréquente justement le forum. À la fois très enthousiaste et intrigué par le projet, Carmack décide de contacter Palmer. Suite à leur échange, l’autodidacte de 19 ans envoie une version de son prototype au célèbre programmeur. C’est le coup de foudre, Carmack est emballé et décide d’utiliser le concept pour la troisième édition de son jeu Doom.

palmer-Luckey

Fort de ce soutien, Luckey fonde l’entreprise Oculus VR avec l’aide de quelques investisseurs de l’industrie vidéoludique, dont Brendan Iribe. Grâce à une campagne de financement sur le site Kickstarter, l’entreprise parvient à produire près de trois mille kits de développement expédiés dans le monde entier. En 2013, la première version de l’Oculus Rift est présentée dans de nombreux salons (Consumer Electronic Show, Games Convention…). Les critiques y voient l’une des nouveautés les plus enthousiasmantes de l’industrie. À la fin de cette même année, la société Andreessen Horowitz investit 75 millions de dollars dans la société de Palmer Luckey. Enfin, le 25 mars 2015, Facebook rachète Oculus VR pour un montant estimé à 2 milliards de dollars. De la chambre d’ado de Luckey à la Silicon Valley, l’Oculus Rift a parcouru un sacré chemin !

L’objet qui se présente sous la forme d’un gros masque de ski a d’abord été conçu en version développeur – DK1 (2013) et DK2 (2014) – puis en version commerciale en 2016. Savoir que nous aussi nous pouvons obtenir ce joujou révolutionnaire c’est bien, mais comprendre comment il fonctionne c’est mieux ! On vous explique : l’Oculus Rift est composé d’un écran OLED (composé de diodes électroluminescentes organiques) et de deux lentilles qui simulent une vision stéréoscopique. L’ensemble se branche ensuite à un PC ou toute autre source vidéo qui doit obligatoirement être dotée de ports HDM 1.3 et USB 3.0 sous peine de ne pas fonctionner (dommage pour ceux qui, comme moi, possèdent un ordinateur datant de Mathusalem !). Une fois branché, vous pouvez vous lancer dans l’aventure en choisissant votre simulation.

Équipé de multiples capteurs, l’Oculus Rift va suivre le moindre de vos mouvements puis le retranscrire dans l’environnement virtuel dans lequel vous serez immergé. Grâce à cette concordance, le cerveau croit faire partie intégrante de ce qui vous entoure. Ainsi, si vous êtes assez téméraire pour choisir de vous projeter au sommet d’une montagne, vous ressentirez sans nul doute le vertige. De nombreuses vidéos diffusées sur le Net prouvent à quel point le masque Oculus Rift a un impact sur notre cerveau. Toutes les personnes qui en font l’expérience pour la première fois semblent très surprises par les sensations qu’elles éprouvent (un conseil : ne testez pas les montagnes russes en premier, ou alors mettez un seau à votre disposition !).

Tout comme John Carmack, nombreux sont les studios de jeux vidéo qui comprennent l’enjeu de l’Oculus Rift. Quoi de mieux qu’un casque de réalité virtuelle pour proposer à leurs gamers une nouvelle expérience de jeu intense et immersive ? Ainsi, plusieurs grands noms du secteur tels que Cliff Bleszinski (Gears of War), Gabe Newell (Valve) et Tim Sweeney (Epic Games) s’intéressent à cette nouvelle technologie pour leurs prochaines créations. Si certains se contentent d’optimiser leurs jeux pour le Rift, d’autres ont eu la brillante idée de combiner la motion capture et l’Oculus Rift pour une immersion encore plus spectaculaire. De cette manière, Cyberith met à disposition un tapis roulant et une Wiimote pour transformer son jeu Skyrim en une véritable aventure physique.

Mark Zuckerberg estime qu’après le PC et le téléphone portable, l’Oculus deviendra la prochaine plateforme informatique pour se divertir, mais aussi communiquer et apprendre. Ainsi au lieu de publier de simples statuts sur notre page Facebook, nous pourrons bientôt immerger nos « amis » dans de véritables expériences de vie. Les graphistes d’Infinite Realities ont bien compris ce principe puisqu’ils ont déjà mis au point des avatars 3D photo réalistes qui prendront bientôt la place de nos plus belles photos de profil (cela sonnera-t-il la fin du duckface ? Rien n’est moins sûr !). De même, dans un futur proche, les vidéoconférences pourront se faire aussi bien dans une salle de réunion qu’au bord d’une plage virtuelle. Plutôt sympathique n’est-ce pas ?

Au-delà du jeu vidéo ou des réseaux sociaux, certains technophiles envisagent d’utiliser l’Oculus à des fins artistiques. C’est le cas du groupe BeAnotherLab, qui a choisi de se servir du casque pour proposer l’expérience « Gender Swap », autrement dit de changement de sexe. Pour ce faire, les membres de l’équipe ont couplé une caméra au masque RV afin de permettre aux participants de sauter d’un corps à l’autre en projetant le flux vidéo en vue subjective de l’autre participant. Le résultat est prenant. 

 

L’Oculus Rift constitue sans nul doute l’une des révolutions majeures de notre temps. En plus de nous offrir une expérience de jeu totalement immersive, l’Oculus Rift peut devenir un véritable outil d’apprentissage et de communication. Si certains ont le vertige devant un tel progrès, d’autres s’en servent pour accomplir l’impossible. Chez SooGeek, nous ne manquons pas d’idées pour utiliser ces lunettes. Et vous, qu’aimeriez-vous accomplir avec l’Oculus Rift ?


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux