— Ascannio / Shutterstock.com

C’est officiel, le géant américain Nvidia va racheter l’un de ses principaux concurrents, ARM, à l’entreprise japonaise Softbank pour la somme de 40 milliards de dollars. Avec ce rachat, Nvidia se positionne en très bonne place pour dominer le marché de l’intelligence artificielle et des processeurs graphiques.

Un accord qui mettra Nvidia sur le devant de la scène du marché des appareils mobiles

Suite à un certain nombre de rumeurs, Nvidia a officiellement annoncé le rachat d’ARM Limited pour 40 milliards de dollars. L’accord financé en liquidité et en actions a ainsi été conclu entre Nvidia et la société japonaise Softbank pour l’acquisition de la société britannique spécialisée en microprocesseur et en intelligence artificielle. Après la finalisation des transactions, ARM fonctionnera donc en tant que nouvelle division de Nvidia et restera basée au Royaume-Uni. Ainsi, ARM « continuera à exploiter son modèle de licence ouverte, tout en maintenant sa neutralité envers la clientèle mondiale », ont déclaré les sociétés dans un communiqué.

À noter que cette opération se déroule quatre années après l’acquisition d’ARM par Softbank pour 27 milliards d’euros. Softbank a ainsi fait une excellente affaire puisqu’il vend la société pour quasiment le double de son prix d’acquisition initial. Quant à Nvidia, le rachat d’ARM marque sa plus grande acquisition à ce jour, éclipsant facilement l’acquisition de Mellanox qui a été clôturée il y a quelques mois. Grâce à cette transaction, Nvidia est sur le point d’accroître de manière considérable sa part de marché dans l’industrie des appareils connectés. Actuellement, l’entreprise est déjà l’un des leaders du marché dans le domaine des processeurs graphiques.

En rachetant ARM, Nvidia s’assure donc une place de choix sur le marché des GPU et des appareils mobiles. Cette transaction résulte également de la volonté de Nvidia d’exploiter plus en avant le développement, la production et la commercialisation d’intelligence artificielle. Très enthousiaste face à cette nouvelle acquisition, le PDG de Nvidia a déclaré durant une interview avec Forbes : « Nous sommes sur le point d’entrer dans une phase où nous allons créer un Internet des milliers de fois plus grand que l’Internet dont nous profitons aujourd’hui. Beaucoup de gens ne s’en rendent pas compte. Et donc, nous aimerions créer une société informatique pour cette ère de l’IA. »

Une acquisition qui fera encore face à de nombreux obstacles

Si cet accord semble amplement satisfaire les deux entreprises principalement concernées, certains s’opposent à la conclusion de cette fusion, a rapporté BBC. En effet, une lettre ouverte a été signée par de nombreux chefs d’entreprises pour que le Premier ministre britannique empêche la finalisation de l’accord. Ces derniers craignent notamment que, malgré les promesses faites par Nvidia et Softbank, ARM perde sa neutralité. En effet, la principale crainte est que cela crée des conflits d’intérêts entre les entreprises britanniques qui utilisent des produits ARM et les clients internationaux dont les pays sont en conflit avec les États-Unis, notamment la Chine.

Face à ces craintes, une source proche du gouvernement britannique a déclaré que l’accord ne sera pas bloqué, mais que des conditions strictes pourraient être imposées pour pouvoir finaliser l’accord. Le porte-parole officiel du Premier ministre a en effet déclaré que le gouvernement britannique n’hésiterait pas à enquêter sur toute prise de contrôle qui pourrait avoir un impact majeur sur le pays, a rapporté CNN. Si l’accord de rachat d’ARM par Nvidia a été officialisé, la finalisation de la transaction devrait donc prendre au moins 18 mois. Outre les enquêtes que devront mener les autorités britanniques, la transaction devra encore recevoir l’approbation des autorités réglementaires aux États-Unis, en Chine et dans l’Union européenne.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de