La neutralité du net doit absolument être préservée pour combattre les inégalités

Le mercredi 22 novembre, la Federal Communications Commission a divulgué son plan maléfique destiné à anéantir la neutralité du Net. Si la loi est votée, les internautes américains n’auront plus une offre tout inclus à prix fixe, mais une multitude d’abonnements annexes qui feront exploser la note… 

 

Haro sur notre Internet !

Barack Obama avait mis un point d’honneur à maintenir la neutralité du Net durant toute sa présidence, et ce malgré les pressions des géants des télécoms parmi lesquels Comcast (Universal, Dreamworks Animation…) et Verizon. Dans un monde sans neutralité, ces fournisseurs d’accès Internet américains – les FAI – pourraient créer des « files prioritaires » en fonction de nos habitudes de navigation et nous les facturer plus chères ! En envisageant l’abolition de cette barrière protectrice, Trump ouvre la voie à une dérégulation de l’accès Internet. Et il y a de quoi flipper…

La résistance s’organise : Twitter croule sous les milliers de partages d’articles américains consacrés à ce cataclysme, et des sites web comme battleforthenet.com et savetheinternet.com  – « respectivement battez-vous pour le Net » et « sauvez internet » – exhortent les citoyens américains à signer des pétitions et descendre dans la rue le 7 décembre. La prochaine réunion de la FCC doit se tenir le 14 décembre – sauf changement de dernière minute. Dans 3 semaines, les membres de la commission voteront une loi qui abolira définitivement la liberté numérique des internautes américains.

La vie est belle

La neutralité du Net, c’est lorsque les abonnés d’un fournisseur d’accès internet – Free, SFR, Orange ou Bouygues – payent un package tout Internet. Peu importe que vous soyez plutôt branchés réseaux sociaux, ou hébergeurs de vidéos, ou streaming musical, ou sites pornos : vous payez le même prix pour avoir un accès complet à TOUT internet et à vitesse équivalente. Grâce à l’engagement des fournisseurs de ne pas favoriser l’accès à un site plus qu’un autre, la neutralité du Net est garantie : on peut aller où bon nous semble tant qu’on paye la note ! La liberté quoi.

« Internet, dépositaire du savoir humain et de vidéos de chèvres braillant les chansons de Taylor Swift. »

John Oliver

En France, c’est l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes qui garantit la neutralité du net. Le 30 mai 2017, elle publiait son premier rapport en lien avec ce sujet devenu si épineux outre-Atlantique; et leurs conclusions étaient rassurantes : l’Arcep y annonçait la création « au second semestre 2017 » d’une plateforme consacrée aux dénonciations d’éventuelles atteintes à la neutralité du Net. Plus largement, c’est l’Europe elle-même qui a tenu à la préserver de tous dangers lorsque l’ORECE, l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques, a publié un document le 30 août 2016 qui assurait le maintien et la protection de la neutralité du net pour toute l’Union Européenne. Un bon sens qui a déserté la FCC américaine…

Bad Law is Good Law

L’élection de Trump est une catastrophe pour les droits des femmes, la géopolitique… et Internet. Si le nouveau président élu nous a régalé en repoussant toujours un peu plus les limites de la connerie humaine, il a cessé d’être drôle lorsqu’il a menacé l’intégrité de notre dernier espace de liberté. Les FAI ne veulent plus s’embarrasser de cette neutralité du Net qui freine leurs ambitions : ils espèrent bien profiter d’un libéralisme sauvage où tous les coups seraient permis. Surtout les plus vils…

La mesure anti-neutralité va permettre à d’énormes boîtes multimilliardaires de se faire encore plus de pognon sur le dos des utilisateurs lambda qui profitaient jusque-là d’un package Internet all-inclusive à prix fixe. Dès que cette loi sera votée, les fournisseurs d’accès pourront fragmenter leurs offres en fonction des différentes habitudes de navigation : un pack réseaux sociaux, un pack sites d’actualité, un pack hébergeurs de vidéos, un pack Netflix, un pack sites porno…

Bref, vous voyez l’idée : on passe d’un forfait tout compris à une multitude de petits abonnements spécifiques à chaque catégorie de sites web aux prix très variables. Et l’addition peut très vite s’envoler si les FAI poussent le vice jusqu’à moduler les vitesses de connexion… Aux pauvres les connexions les plus moisies, et aux plus fortunés la connexion premium : le libéralisme Reaganien dans toute sa splendeur !

Les puissances culturelle et politique des États-Unis étant ce qu’elles sont, nous espérons fortement que les FAI européens continueront de coopérer avec l’UE afin qu’Internet demeure un espace d’expression libertaire accessible à toutes les bourses, et dans tout le continent…


En Syrie, 1 enfant sur 3 n’a connu que la guerre durant toute sa vie.

— @UNICEF_france