— Simon Shin kwangsig / Shutterstock.com

L’activité sismique d’un volcan sous-marin japonais a fait émerger du fond de l’océan Pacifique plus d’une vingtaine de « navires fantômes » coulés à l’issue de l’une des plus célèbres batailles de la Seconde Guerre mondiale.

Les vestiges d’une terrible bataille

Des images prises par un hélicoptère de la chaîne japonaise All Nippon News (ANN) ont montré les 24 navires échoués sur la côte ouest de l’île d’Iwo Jima, située à environ 1 200 kilomètres au sud de Tokyo, ayant été poussés vers la surface, en même temps que le fond marin, par le volcan sous-marin Fukutoku-Okanoba. Ces bâtiments avaient été coulés par les forces américaines peu après la bataille d’Iwo Jima en 1945, considérée comme l’une des plus sanglantes de la Seconde Guerre mondiale.

L’assaut de 36 jours avait vu environ 70 000 marines américains combattre quelque 20 000 soldats japonais. Au total, 20 000 marines ont été blessés et près de 7 000 tués, tandis que la quasi-totalité des soldats japonais, à l’exception de 216 capturés, ont perdu la vie.

Les épaves érodées et blanchies par la mer sont les restes de navires de transport capturés par la Marine américaine et délibérément sabordés au lendemain de la bataille. Iwo Jima ne disposant pas de port, les navires avaient été coulés parallèlement au littoral afin de protéger les bâtiments américains et les troupes des vagues lors de leur débarquement sur l’île.

Le volcan sous-marin Fukutoku-Okanoba est en éruption depuis le mois d’août, et son activité sismique a également permis l’émergence d’une petite île en forme de croissant de lune, qui devrait bientôt disparaître en raison de l’érosion.

Une recrudescence des évènements sismiques dans la région

Iwo Jima fait partie des îles Bonin, une chaîne d’environ 30 îles subtropicales dans l’océan Pacifique. Créée par la subduction de la plaque tectonique du Pacifique sous la plaque de la mer des Philippines, celel-ci est sujette aux tremblements de terre et aux éruptions volcaniques, et a connu une recrudescence d’événements sismiques ces dernières semaines.

À moins d’une nouvelle éruption du mont Suribachi, évent dormant d’un volcan encore actif et considéré par certains comme l’un des dix plus dangereux au monde, ou de l’enfoncement des fonds marins sur lesquels reposent les navires fantômes, les structures autrefois englouties resteront probablement visibles pendant un certain temps encore.

L’île est inhabitée et rarement visitée par les civils, en partie à cause des énormes quantités de bombes et de grenades non détonées qui y subsistent. Ce qui signifie qu’il est peu probable que les navires soient démantelés ou déplacés par les autorités japonaises.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de