Avec la pandémie de coronavirus, le confinement pèse lourdement sur de nombreux individus. Certains autres y trouvent pourtant de la satisfaction et ne sont nullement gênés par le fait d’être isolés à la maison. Pour ce genre de personnes, la NASA propose un travail payé qui consiste à socialement s’isoler en vue d’expérimenter des technologies pour les futurs voyages spatiaux sur Mars.

Des critères de sélection exigeants pour pouvoir participer à l’étude

La NASA recherche des volontaires pour une étude de huit mois sur l’isolement social en préparation de futures missions sur Mars et sur la Lune. Plus précisément, le but de l’étude est de comprendre « les effets physiologiques et psychologiques à long terme de l’isolement et du confinement sur les humains en préparation des missions Artemis pour des explorations sur la Lune et sur Mars », a déclaré la NASA dans un communiqué. L’agence a également expliqué que – malgré des études similaires menées sur la Station spatiale internationale – cette expérimentation est nécessaire parce que les missions sur Mars seront très différentes de tout ce que l’on a connu jusqu’à présent.

Au total, l’agence spatiale recherche six volontaires et certains critères doivent absolument être respectés. Ainsi, les participants doivent être des personnes en bonne santé, âgées de 30 à 55 ans et parlant couramment l’anglais et le russe. Ils doivent également avoir un diplôme et des compétences professionnelles en science, technologie, ingénierie, médecine ou mathématiques. Les personnes ayant suivi une formation d’officier militaire peuvent également être sélectionnées. Il faut également préciser que les participants doivent être des citoyens américains.

— Alones / Shutterstock.com

Un confinement dans un environnement inconnu

Si, d’une certaine manière, cette mission pourrait ressembler aux conditions de vie actuelle face à la pandémie de coronavirus, l’environnement auquel seront soumis ces volontaires sera certainement plus rude. En effet, les participants seront confinés avec une équipe restreinte dans un laboratoire situé à Moscou, où ils connaîtront des aspects environnementaux similaires à ceux que les astronautes devraient expérimenter lors de futures missions vers Mars. Ladite installation a ainsi été construite pour ressembler à un vaisseau spatial et pour générer les mêmes conditions environnementales que dans ces appareils.

Outre les huit mois que les volontaires sélectionnés devront passer en isolation dans le cadre de leur mission, ils seront également mis en quarantaine pendant deux semaines avant le début effectif de l’étude. Cette mesure a été mise en place pour assurer la santé et le bien-être de tous les participants à l’étude. Cette mesure est également appliquée lorsque des astronautes sont envoyés sur la Station spatiale internationale et date de bien avant la pandémie de Covid-19. En ce qui concerne la rémunération pour cette mission assez spéciale, la NASA est restée un peu vague. L’agence a cependant expliqué qu’il y aurait différents niveaux d’indemnisation en fonction de l’affiliation professionnelle et les compétences de chaque participant.

Il faut également savoir que cette mission s’appuie sur une autre étude menée en 2019. Il s’agissait de la mission SIRIUS-19 qui comptait six participants isolés dans un habitat métallique qui imite un vaisseau spatial pour une durée de quatre mois. Par ailleurs, si l’on ignore quand commencera cette nouvelle étude de la NASA, nous savons que l’agence projette d’envoyer des astronautes sur la Lune en 2024 via le programme Artemis. Ce calendrier pourrait cependant être bouleversé par la pandémie de coronavirus.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de