— taffpixture / Shutterstock.com

L’humanité possède déjà un grand nombre de télescopes, mais la majorité d’entre eux se trouvent sur Terre. Dans ses projets de conquêtes et d’explorations spatiales, la NASA veut implanter un radiotélescope dans un immense cratère de la Lune.

Vers la construction du plus grand télescope du Système solaire

La NASA a dévoilé un plan pour construire un radiotélescope massif sur la Lune appelé Lunar Crater Radio Telescope (LCRT). Plus précisément, le télescope sera implanté sur la face cachée de la Lune, et l’agence spatiale prévoit d’utiliser un grand cratère comme antenne radio naturelle pour amplifier le signal. Si le télescope était effectivement construit, ce serait le plus grand radiotélescope ouvert du Système solaire, a noté l’équipe de la NASA derrière le projet. Le financement du projet provient du programme de la NASA Innovative Advanced Concepts (NIAC).

Il est à noter que le NIAC finance actuellement 23 projets spatiaux avec des fonds s’élevant à 7 millions de dollars. Jusqu’à présent, 125 000 dollars sont alloués à la phase 1 de la conception du LCRT. Pour l’instant, il n’y a aucune date précise quant à la réalisation du projet, mais les spécialistes de la NASA ont estimé qu’il faudrait au moins 10 ans pour construire le télescope lunaire. Ce n’est donc qu’un concept, et les scientifiques derrière le projet ont un délai de 9 mois à respecter pour évaluer s’il est viable.

Un télescope pour redécouvrir l’Univers d’un nouveau point d’observation

Quant à l’objectif de la construction du LCRT, il s’agit de pousser les recherches sur l’intelligence extraterrestre, ou tout simplement de découvrir une preuve de leur existence. Les chercheurs pensent qu’ils pourraient utiliser le télescope pour observer l’Univers de manière beaucoup plus détaillée, étant donné qu’il ne sera pas gêné par l’atmosphère terrestre et les bruits radio qui le parasiteraient sur Terre.

« Le LCRT pourrait permettre d’énormes découvertes scientifiques dans le domaine de la cosmologie en observant l’Univers précoce dans les fréquences de 6 à 30 MHz, qui n’a jamais été exploré par les humains à ce jour », a déclaré Saptarshi Bandyopadhyay, responsable principal du projet dans un communiqué. En ce qui concerne les caractéristiques du radiotélescope, rien n’est encore précis pour l’instant, mais l’équipe responsable du projet envisage de faire en sorte que tout soit automatisé, de sorte que faire appel à un opérateur humain soit superflu.

Pour l’instant, les plans du radiotélescope prévoient qu’il sera essentiellement équipé de robots qui installeront des treillis métalliques de 965 mètres de diamètre à travers un cratère. Ce serait ensuite complété par un récepteur suspendu qui pourrait capter des fréquences, et cet appareil sera installé au centre du cratère. Enfin, l’équipe de la NASA pense qu’il serait envisageable que le radiotélescope soit entretenu par les astronautes dans la mesure où la NASA prévoit de construire un camp de base Artemis sur la Lune.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de