— CI Photos / Shutterstock.com

L’analyse des génomes de cellules cancéreuses provenant de plus de 12 000 patients a permis la mise en évidence de dizaines de nouvelles signatures mutationnelles, offrant un aperçu sans précédent des causes du cancer.

« Les signatures mutationnelles sont comme des empreintes sur une scène de crime »

Les cellules cancéreuses peuvent présenter des milliers de mutations différentes et inhabituelles, mais seules quelques-unes sont connues pour être à l’origine du développement d’une tumeur. Publiés dans la revue Science, ces nouveaux travaux menés par des chercheurs de l’université de Cambridge s’étant concentrés sur le catalogage de leurs signatures offrent le tableau le plus complet à ce jour des mutations à l’origine de la majorité des cancers humains.

« Les signatures mutationnelles sont comme des empreintes sur une scène de crime – elles aident à identifier les causes du cancer », explique Serena Nik-Zainal, co-auteure de la nouvelle étude. « Certaines d’entre elles ont des implications cliniques ou thérapeutiques majeures, car elles peuvent mettre en évidence des anomalies pouvant être ciblées par des médicaments spécifiques ou indiquer un ‘talon d’Achille’ potentiel dans certains cancers. »

Le catalogage de ces « empreintes mutationnelles » permet aux chercheurs de cibler des facteurs environnementaux ou de mode de vie particuliers susceptibles de provoquer des cancers. Par exemple, des études antérieures avaient montré qu’une mutation distincte dans les mélanomes était directement liée aux rayons ultraviolets (UV), confirmant de façon claire qu’une exposition excessive à ces derniers constituait une cause importante de cancer de la peau.

— jovan vitanovski / Shutterstock.com

Les chercheurs britanniques ont confirmé 51 signatures mutationnelles précédemment décrites et en ont identifié 58 entièrement nouvelles, englobant l’ensemble des cancers courants. Selon eux, la constitution de ce corpus de connaissances pourrait contribuer à des découvertes essentielles, comme une meilleure compréhension des expositions environnementales à l’origine du cancer.

De nouveaux traitements plus ciblés

Cette bibliothèque de signatures mutationnelles aidera également les scientifiques à mieux cerner les mécanismes régissant le développement de certaines tumeurs, ouvrant la voie à de nouveaux traitements anticancéreux plus ciblés.

« Ces signatures sont un bon exemple de l’exploitation du potentiel du séquençage de génome complet », estime Matt Brown, de Genomics England. « Nous comptons nous appuyer sur les indices mutationnels observés dans cette étude afin d’améliorer le diagnostic et la prise en charge des patients atteints de cancer. »

À noter qu’il y a quelques semaines, une étude similaire avait identifié 42 nouveaux gènes liés à un risque accru de développer la maladie d’Alzheimer.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments