— Jon Billous / Shutterstock.com

L’histoire de l’art, tout comme l’histoire, a été bien trop longtemps misogyne. Longtemps exclues de l’enseignement artistique et des académies d’art, les femmes se sont vues interdites de reproduire toutes sortes de choses. Mais heureusement : les mentalités continuent d’évoluer depuis plusieurs années. En effet, après quelques autres musées, le musée d’art de Baltimore met enfin à l’honneur les artistes féminines dans ses collections. Dès 2020, le musée s’engage à n’investir que dans des œuvres uniquement réalisées par des artistes féminines. Une initiative qui permettra de réduire leur sous-représentation.

METTRE À L’HONNEUR LE TRAVAIL DES ARTISTES FÉMININES

C’est officiel : le Musée d’art de Baltimore (BMA) va enfin mettre à l’honneur les artistes féminines dans ses collections ! Surtout connu pour sa vaste collection d’œuvres de Matisse, le BMA lance désormais sa nouvelle initiative qui porte le nom de « discrimination positive ».

Christopher Bedford, le directeur du musée, a pris la décision de n’acheter que des œuvres produites par des artistes féminines en 2020. « Un geste radical destiné à éveiller les consciences, changer l’image de l’institution et corriger un déséquilibre historique dans la collection du musée », a-t-il expliqué au journal Baltimore Sun.

« Nous espérons ainsi pallier les manques antérieurs de nos collections et élargir les canons artistiques ainsi que le récit historique à travers l’art », conclut le directeur du musée. Après avoir vendu au prix de 8 millions de dollars des tableaux de trois artistes masculins blancs, Andy Warhol, Robert Rauschenberg et Franz Kline, le BMA a eu la chance de pouvoir investir dans des oeuvres d’artistes, aussi bien des hommes que des femmes, originaires de minorités ethniques. Parmi ces artistes, les plus connus sont les Afro-Américains Mark Bradford et Amy Sherald, artiste féminine célèbre pour avoir réalisé un portrait de Michelle Obama exposé au National Portrait Gallery de Washington. Des oeuvres d’artistes coréens et mexicains ont également été achetées par le BMA.

Mais, la vente de ces tableaux avait été fortement critiquée. Le musée a alors répondu en affirmant qu’il investira près de 2 millions de dollars de ces ventes dans l’achat d’œuvres d’artistes féminines. Une vingtaine d’expositions temporaires pour les mettre à l’honneur sont prévues. De plus, le BMA profitera de celles-ci pour souligner l’importance de l’année 2020, centenaire du 19e amendement qui permis la généralisation du droit de vote des femmes aux Etats-Unis.

LES ARTISTES FÉMININES SONT ENCORE TROP PEU EXPOSÉES

Le BMA propose déjà aux visiteurs une exposition avec des artistes féminines jusqu’au mois de janvier. « Histoire de l’art abstrait noir » met à l’honneur une trentaine d’artistes afro-américains contemporains, dont une dizaines de femmes. Ces dernières sont rarement autant exposées. Parmi elles, Shinique Smith attire tout particulièrement le regard avec une oeuvre représentant des tissus assemblés entre eux et rangés par couleur. Artiste noire, elle est d’ailleurs originaire de Baltimore.

« Acquérir des oeuvres de femmes, et de femmes noires, permettra aux collections d’être plus représentatives et pourra inciter les habitants à fréquenter davantage le musée. D’une manière générale, cette reconnaissance et ce réajustement étaient nécessaires pour des catégories d’artistes trop longtemps ignorées », explique Betsy Murray, guide au BMA. Baltimore compte d’ailleurs plus de 60 % de populations afro-américaines, qui seront très probablement sensibles à cette initiative.

Par ailleurs, seulement 4 % des 95 000 œuvres exposées dans la collection permanente du musée ont été réalisées par des femmes. Selon une étude réalisée de 2008 à 2018 et publiée dans la revue Artnet News, seulement 11 % des oeuvres réalisées par des femmes ont été acquises jusqu’à présent. De plus, uniquement 14 % d’entre elles sont représentées dans les expositions des 26 plus grands musées des Etats-Unis. En 2019, une étude a été publiée par la revue Plos One. Selon celle-ci, 87 % des artistes exposés dans les 18 plus grands musées américains sont masculins, dont 85 % sont des hommes blancs.

L’ART FÉMININ : UN ART DÉJÀ MIS EN AVANT DANS D’AUTRES MUSÉES

Mettre à l’honneur les artistes féminines dans ses collections n’est pas une première pour un musée américain. En effet, en 2006, l’Académie des beaux-arts de Pennsylvanie a vendu un tableau d’Edward Hopper pour 26,9 millions de dollars. Cela lui a permis d’acheter plusieurs centaines d’oeuvre de femmes ces dernières années. En 2019, le Musée d’art moderne de San Francisco a vendu à son tour un tableau de Mark Rothko au prix de 50 millions de dollars, pour acheter des œuvres de 10 artistes, dont des femmes, issus de minorités ethniques. Encore plus récemment, c’est le Metropolitan Museum of Art de New York qui a embauché une conservatrice afro-américaine. Toutes ces initiatives favorisent donc réellement une meilleure représentation des artistes féminines et mettent en avant une histoire de l’art « plus inclusive ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de