― Achkin / Shutterstock.com

Le moustique est une espèce nuisible, susceptible de transmettre des maladies comme le paludisme, la dengue et le chikungunya. Nous utilisons généralement des insecticides pour réduire sa nuisance. Cependant, il existe des moyens plus respectueux de l’environnement comme la libération de moustiques OGM dans la nature.

Les moustiques modifiés sont inoffensifs

L’entreprise américaine Oxitec a reçu l’autorisation de l’Agence de protection de l’environnement de libérer deux milliards de moustiques OGM en Californie et en Floride. Il s’agit de moustiques mâles de l’espèce Aedes aegypti baptisés OX5034 par les scientifiques. Contrairement aux femelles, ces derniers sont inoffensifs, car ils ne piquent pas les êtres humains.

Ces moustiques seront libérés dans la nature pour qu’ils se reproduisent avec des femelles dans l’environnement. Une fois leur mission terminée, les larves résultant de leur accouplement ne seront pas viables. Celles-ci mourront avant d’atteindre leur maturité, car elles n’auront pas les protéines nécessaires pour cela.

Cette méthode est non seulement efficace, mais également écologique. En utilisant les insecticides, les produits chimiques nuisent à l’environnement et touchent d’autres insectes comme les abeilles. En outre, le relâchement des moustiques OGM dans la nature ne réduit pas à néant tous les moustiques. Ainsi, les oiseaux et chauves-souris peuvent continuer de se nourrir.

— Digital Images Studio / Shutterstock.com

Plusieurs organisations sont contre la libération de ces moustiques dans la nature

L’année dernière, Oxitec avant déjà lâché 750 millions de moustiques OGM dans la nature. Cela a permis de réduire radicalement les populations de moustiques dans les Keys. Bien que la firme assure que ces lâchers n’ont aucun impact sur l’Homme et sur l’environnement, ils font tout de même l’objet d’inquiétudes de certaines organisations.

Pour l’organisation Friends of the Earth, il s’agit « d’une initiative destructrice et dangereuse pour la santé publique ». De son côté, Jaydee Hanson, le directeur du Center for Food Safety, indique que cette pratique est non seulement dangereuse, mais aussi inutile, étant donné qu’il n’y a aucun cas de dengue, de fièvre jaune, de chikungunya ou de Zika en Californie.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments