— Nora Marie / Shutterstock.com

Les autorités du Botswana ont annoncé avoir identifié la cause principale de la mort de plus de 350 éléphants dans les zones humides du delta de l’Okavango. Selon elles, il s’agirait de neurotoxines propagées par des colonies de cyanobactéries présentes dans les points d’eau de la région.

« Nos derniers tests ont identifié des neurotoxines cyanobactériennes comme étant la cause des décès »

Plus de 70 % des éléphants morts au Botswana depuis le mois de mai se trouvaient près de points d’eau pollués par de grandes quantités de cyanobactéries, un organisme unicellulaire également connu sous le nom d’algue bleue, ayant tendance à s’agglutiner en grands tapis verts sur les surfaces aquatiques. Potentiellement mortelles, ces fleurs d’eau abritent des toxines qui attaquent le système nerveux, la peau ou le foie des animaux qui y sont exposés. Par le passé, celles-ci avaient déjà été à l’origine de la mort massive de poissons, oiseaux et animaux, selon une étude publiée en 2008 dans la revue Global Change Biology.

« Nos derniers tests ont identifié des neurotoxines cyanobactériennes comme étant la cause des décès », a déclaré Mmadi Reuben, vétérinaire principal au département de la faune et des parcs nationaux du Botswana. « Cependant, nous avons encore de nombreuses questions à résoudre, notamment pourquoi seuls les éléphants de cette région ont été touchés. »

Les cyanobactéries utilisent la photosynthèse pour fabriquer de la nourriture à partir de la lumière du soleil. Cela signifie qu’elles se développent souvent pendant les vagues de chaleur estivales. Alors que le changement climatique mondial augmente la fréquence et la gravité des vagues de chaleur (2020 a apporté l’été le plus chaud jamais enregistré dans l’hémisphère nord), les proliférations d’algues sont de plus en plus répandues, tout comme leurs toxines.

Le Botswana abrite une population d’environ 130 000 éléphants, soit plus que tout autre pays d’Afrique, selon l’African Wildlife Foundation — Radek Borovka / Shutterstock.com

D’autres analyses en cours

Selon Reuben, l’enquête du gouvernement botswanais a mis en évidence « une combinaison de neurotoxines » dans les points d’eau situés à proximité des dépouilles des éléphants. Bien qu’aucune autre espèce ne semble avoir été victime de ces toxines (à l’exception d’un cheval), il est possible que les pachydermes, qui passent beaucoup de temps à se baigner et consomment de grandes quantités d’eau, y soient particulièrement sensibles.

À l’heure actuelle, des échantillons de tissus prélevés sur différents spécimens sont en cours d’analyse aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Afrique du Sud. Toutefois, comme l’a déclaré au Guardian Niall McCann, directeur de la conservation de l’organisation caritative britannique National Park Rescue, il convient de se montrer prudent.

« Ce n’est pas parce que des cyanobactéries ont été trouvées dans l’eau que cela prouve que les éléphants sont morts en raison d’une exposition à ces toxines », a estimé McCann. « Sans de bons échantillons, il ne s’agit que d’hypothèses. » Parmi les pistes d’ores et déjà écartées figure le braconnage, les défenses des 350 carcasses d’éléphants ayant été découvertes intactes.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de