La montée des eaux s’accélère et elle est bien pire que prévu

Plus les jours passent, plus le réchauffement climatique s’aggrave. Une récente étude scientifique vient de démontrer que le niveau de la mer pourrait s’élever de plus de 60 centimètres d’ici la fin du siècle. Un constat inquiétant fondé sur 25 ans de données satellitaires.

 

Chaque année, la mer s’élève un peu plus

Après avoir passé 25 ans à scruter les mers depuis des données satellitaires, Steve Nerem, professeur d’ingénierie aérospatiale à l’université du Colorado à Boulder, et son équipe affirment que l’élévation du niveau de la mer est bien plus grave que prévu. À l’origine de cet inquiétant constat ? Une étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, qui indique que le niveau moyen des océans sera plus élevé de 60 centimètres d’ici 2100.

Chaque année, le niveau de la mer connaît une hausse d’environ 3 millimètres. Une augmentation stable aujourd’hui contrebalancée par l’équipe de Steve Nerem, qui certifie qu’il faut ajouter à ces 3 millimètres une augmentation annuelle de 0,08 millimètres ! En la prenant en compte, nous pouvons nous attendre à une augmentation du niveau de la mer de 10 millimètres par an d’ici 2100.

 

Des projections réduites à néant

« Par rapport aux projections, cette accélération, due principalement à la fonte accélérée des glaces au Groenland et en Antarctique, pourrait doubler la hausse totale du niveau de la mer d’ici 2100. » Jusqu’ici, les projections estimaient une élévation de 30 centimètres d’ici la fin du siècle. Aujourd’hui, Steve Nerem l’estime à 60 centimètres.

Le scientifique continue : « Et c’est une estimation prudente. Notre étude suppose que le niveau de la mer continuera de changer dans l’avenir, comme ça a été le cas au cours des 25 dernières années à cause des grands changements survenus dans les calottes glaciaires ».

 

Des phénomènes naturels non pris en compte

Les résultats de cette étude furent particulièrement difficiles à obtenir pour l’équipe de Nerem. Les données qu’avance le scientifique, provenant de satellites, devaient prendre en compte deux facteurs clés dans l’élévation du niveau de la mer : les variations annuelles causées par les événements naturels, et les effets à long terme provoqués par l’Homme.

Ainsi, en excluant les événements naturels tels que l’éruption du Mont Pinatubo en 1991 et les phénomènes El Niño et La Niña, les collègues de Steve Nerem ont pu détecter cette accélération inquiétante de l’élévation des eaux; causée par l’Homme, encore une fois.

En plus de cela, les très probables événements naturels à venir ne sont pas pris en compte dans le calcul des chercheurs : « Nous observons déjà des signes d’instabilité au Groenland et en Antarctique, donc s’ils connaissent des changements naturels, nous allons sûrement constater plus de 65 centimètres de hausse d’ici 2100 », affirme M. Nerem. Les conséquences de cette hausse auraient « d’importants effets sur des villes telles que Miami ou la Nouvelle Orléans ». Une étude plus qu’inquiétante, qui doit absolument pousser les gouvernements à prendre les mesures qui s’imposent…


L’épinard n’est pas riche en fer. Désolé Popeye.

— @DailyGeekShow