— rangizzz / Shutterstock.com

On le sait tous, les milliardaires ou plus communément les riches ont tendance à être pingres dans le sens où ils ne jettent pas l’argent par les fenêtres, ils cherchent à investir dans tout ce qui pourrait leur apporter plus d’argent et peu, vraiment très peu d’entre eux, s’intéressent à la cause écologique. Positivr estime même que ces derniers sont environ 2 %. Heureusement, Jeremy Grantham en fait partie.

Jeremy Grantham est l’une des personnalités les plus emblématiques de Wall Street. A la tête du Grantham Mayo Van Otterloo (GMO), une société de placements gérant plus de 100 milliards de dollars d’actifs, cet homme est la bête noire des traders. Et pour cause, il sait anticiper les crises et protéger les actifs de ses clients. Justement, actuellement, c’est la crise écologique que le milliardaire flaire et c’est l’avenir de l’humanité qu’il cherche à protéger.

Une pointure de Wall Street conscient de l’enjeu environnemental

Exilé aux Etats-Unis depuis une quarantaine d’années, Jeremy Grantham est avant tout un visionnaire. Cet investisseur britannique déplore effectivement, dans une interview accordée à Les Echos Week-End du vendredi 23 août 2019, que « les hommes ont une capacité incroyable à s’autodétruire. (…) C’est impressionnant de voir à quel point les gens ne sont pas effrayés par les choses effrayantes qui risquent de leur arriver. »

Par cela, le milliardaire fait référence à la crise écologique qui pointe le bout de son nez. Car Jeremy Grantham en est sûr et certain, « le risque environnemental est le seul qui a 100 % de chance d’arriver. Et c’est paradoxalement le seul dont Wall Street se fiche ! » Pour illustrer ses propos, le milliardaire ne cache pas, dans ses propos cités par Positivr, que « pour mettre son nom sur le fronton d’un musée ou d’une école, il y a du monde ! (…) Quand il s’agit de financer des projets verts, en revanche, les milliardaires se cachent. »

Mais pourquoi Jeremy Grantham a décidé de parier sur l’avenir de l’environnement ?

S’il est évident que le geste de Jeremy Grantham, qui a décidé d’allouer 98 % de sa fortune, soit un milliard de dollars, à la cause environnementale, est salvateur pour les défenseurs de la nature, il n’en reste pas moins que l’on pourrait se poser des questions sur ses motivations.

Le milliardaire est clair à ce propos. Selon lui, l’économie basée sur le pétrole va tôt ou tard imploser et il faut désormais miser sur les énergies vertes. Très optimiste, il affirme : « Mon pari sera payant à long terme. (…) La décarbonisation de l’économie va apporter des fortunes à ceux qui en font le pari. Un changement de paradigme est en train d’avoir lieu, peut-être l’évènement économique le plus important de la révolution industrielle. »

Maintenant que cette grosse pointure de Wall Street a donné l’exemple, d’autres milliardaires vont-ils lui emboîter le pas ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de