— Akif Oztoprak / Shutterstock.com

Le Mexique a en effet une conception très philosophique de la liberté : il estime que la nature même de l’homme est d’être libre, et qu’il est donc normal qu’il cherche à tout prix à retrouver sa liberté lorsqu’il est emprisonné. On ne peut donc pas le punir, si c’est dans sa nature, et tout le monde a le droit de se battre pour obtenir son dû : la liberté. C’est pour cette raison qu’il n’est pas illégal de s’évader de prison. De même, il ne serait pas illégal de s’enfuir pour éviter une arrestation.

Il est en revanche formellement répréhensible d’utiliser la violence ou la corruption pour s’évader. La liberté ne doit pas s’éprouver au détriment de l’intégrité d’autres personnes. De surcroît, les gardiens ont pour ordre de tirer et de tuer toute personne tentant de s’évader. En France, s’évader (sans faire l’usage ni de violence ni de corruption) n’est répréhensible que depuis 2004. Les personnes condamnées pour ce type de crime feront face à 45 000 euros d’amende et trois ans de prison. Mais cela dépend également du type d’évasion. 

Nous nous souvenons tous de l’évasion spectaculaire de El Chapo, baron de la drogue, de sa prison de haute sécurité d’Altiplano grâce à un tunnel à la technologie avancée, muni de rails, de bouteilles d’oxygène et éclairé par un puissant générateur. Il était pourtant dans une cellule sans fenêtre, à l’isolement 23h sur 24 et n’avait droit à aucune autre visite que celle de son avocat et de ses filles jumelles. Il avait été accusé d’être le chef du cartel de drogue le plus puissant au monde : Sinaloa. Capturé une première fois, il s’était déjà échappé en se cachant dans un panier à linge. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de