― Alexandros Michailidis / Shutterstock.com

L’association Respire accuse la RATP de ne pas être transparente quant à la pollution dans le métro parisien. Selon les données, les capteurs seraient « mal entretenus et peu performants ». Cette défaillance fausse complètement les résultats et met en danger la santé des passagers.

Le métro parisien très pollué

Mercredi 27 janvier, une étude menée par l’association Respire, met en cause la RATP. En effet, des tests ont été effectués « entre le 24 septembre et le 2 décembre 2020 », dans plusieurs stations de métro par un chercheur du CNRS. L’appareil qui détecte les particules fines dévoile des résultats inquiétants : les données de la RATP ne sont pas à jour.

Ces gros écarts donnent lieu à une pollution de l’air « préoccupante » indique le communiqué. Il s’avère que la station Châtelet est particulièrement touchée par la pollution. D’après les tests, « les capteurs de la RATP ne révèlent pas les pics très élevés ». Sans compter que « les stations de RER semblent particulièrement polluées ». Comment régler ce problème ?

— fivepointsix / Shutterstock.com

Comment réduire la pollution ?

Une chose est sûre pour l’association : les « capteurs actuels, mal entretenus et peu performants, (qui) ne donnent pas une image réaliste de la situation de la pollution dans les stations ». Au vu de ces résultats, elle demande qu’un « véritable système de surveillance de la qualité de l’air soit mis en place et que ses données soient accessibles publiquement en permanence ».

L’entreprise mise en cause a répondu dans un communiqué. Elle indique que des mesures « sont réalisées à l’aide d’appareils de référence régulièrement entretenus, par un laboratoire accrédité par le Cofrac (Comité français d’accréditation) et par des auditeurs externes ».

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
de simple bon sens !
de simple bon sens !
1 année

Équation de l’écologiste : voitures électriques dans rues dégagées en surface pour les riches (avec subventions !)….et « petit peuple sans dent » dans les sous-sol pollués des transports en commun(istes) !

Pour être écolo …. il faut être soit riche et aidé (!) , soit en bonne forme (vélo) !