Des scientifiques viennent de découvrir des vestiges mégalithiques vieux de 5 000 ans en Sicile

Sur une colline, près de Gela en Sicile, un amoncellement de roches s’est révélé taillé par la main de l’Homme : un mégalithe de 7m de haut, encore dressé, continue d’accueillir le soleil levant du solstice d’hiver depuis 5 000 ans.

La formation rocheuse a été découverte le 30 novembre 2016 par une équipe d’archéologues italiens qui s’intéressaient à des bunkers datant de la Seconde Guerre mondiale. La pièce maîtresse est un mégalithe de 7m, percé d’un trou d’environ 1m de diamètre. Pour l’archéologue Giuseppe La Spina, il a tout de suite été évident qu’il s’agissait d’un « trou délibéré, fait par la main de l’homme ».  Il restait à prouver que la pierre était un calendrier préhistorique servant à mesurer le passage des saisons.

equinoxes-et-solstices

L’équipe d’archéologues s’est alors armée de drones, boussoles et caméras pour voir si le trou du mégalithe était aligné avec le soleil levant du solstice d’hiver, comme c’est le cas pour un autre monument en Sicile, près de Palerme. Giuseppe La Spina s’enthousiasme : « A 7h32, le soleil brillait à travers le trou avec une précision folle. C’était incroyable ».

Outre cette fonction temporelle, la roche était également l’objet de rituels sacrés au cours du troisième millénaire avant J.C, et fait partie d’un plus grand ensemble. A 8 mètres plus à l’est, les archéologues ont en effet mis au jour une autre pierre, qui ne tenait plus debout mais l’avait visiblement été. Elle mesure 5 mètres et n’est pas issue de la même formation géologique que la première, ce qui suggère qu’elle a été taillée puis transportée sur place.

sicile-gela

Expert en archéoastronomie, Alberto Scuderi pense qu’un deuxième mégalithe percé devrait être trouvé dans les alentours. En effet, il a lui-même découvert deux pierres de ce type près de Palerme : l’une alignée avec le soleil levant du solstice d’hiver, comme près de Gela, l’autre avec celui d’été. Les archéologues ont donc jusqu’au mois de juin pour trouver la seconde roche, afin de pouvoir la tester pour le solstice d’été.


Les premiers sentiments sont toujours les plus naturels.

— Madame de Sévigné