Alzheimer
— Atthapon Raksthaput / Shutterstock.com

Actuellement, la majorité des traitements et des soins octroyés aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer aident à soulager les symptômes de la maladie, mais n’influencent pas sa progression. Après des résultats très prometteurs en essai clinique, un nouveau médicament expérimental pourrait pourtant avoir cet effet quasi miraculeux.

Un médicament qui a diminué de 27 % le déclin cognitif chez les patients

Vivre avec la maladie d’Alzheimer est très difficile, autant pour les patients que pour leurs proches. Le plus difficile étant qu’il n’existe aucun moyen connu pour soigner ou arrêter la progression de la maladie. En effet, les traitements actuels de la maladie d’Alzheimer ne font qu’améliorer temporairement les symptômes de perte de mémoire, de réflexion et de raisonnement. Heureusement, on n’arrête pas de faire des progrès dans le domaine de la recherche médicale.

Un médicament expérimental a notamment montré des résultats très prometteurs en essai clinique pour ralentir le déclin cognitif lié à la maladie d’Alzheimer. Le médicament nommé Lecanemab – développé par l’entreprise pharmaceutique japonaise Eisai et l’entreprise de biotechnologie américaine Biogen – a en effet permis une diminution de 27 % du déclin cognitif dû à la maladie d’Alzheimer. Ce résultat a été obtenu au cours de la phase 3 des essais cliniques, après un traitement de 18 mois chez des patients à des stades précoces de la maladie, a annoncé Eisai dans un communiqué.

Il a également été précisé que des différences dans l’évolution de la maladie entre les patients ayant reçu le médicament et ceux ayant reçu un placebo ont été observées après six mois de traitement. Par ailleurs, le traitement n’a pas seulement ralenti le déclin cognitif, il a également permis d’améliorer d’autres mesures cliniques de la maladie d’Alzheimer, dont le déclin de la mémoire et la capacité à effectuer des tâches quotidiennes. Des réductions statistiquement significatives de l’amyloïde cérébrale – des plaques toxiques dans le cerveau – ont également été observées.

Alzheimer
— Pixel-Shot / Shutterstock.com

Un médicament à fort potentiel, mais qui fait encore de nombreux sceptiques

En matière d’effets secondaires notables, environ 21 % des patients traités ont présenté un gonflement cérébral ou un saignement cérébral visible à la tomographie par émission de positons (TEP). Selon les chercheurs, la prévalence de ces effets secondaires est inférieure à ce qui est observé avec d’autres médicaments expérimentaux similaires. Face à ces résultats prometteurs, Eisai a annoncé son intention de soumettre les données de l’essai clinique à la Food and Drug Administration des États-Unis pour approbation du médicament d’ici le mois de mars 2023.

Pour l’instant, cependant, il est important de noter que ces résultats ne permettent pas d’affirmer que le traitement sera effectivement efficace. En effet, des confirmations seront encore nécessaires pour savoir si c’est le cas. Mais si ça l’est, il s’agira d’une petite révolution dans le domaine de la médecine, dans la mesure où il s’agirait du premier médicament au monde qui permettrait de modifier la trajectoire de l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Ainsi, même si les avis sont mitigés, les chercheurs sont assez optimistes quant au potentiel de ce médicament.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Callicarpa
Callicarpa
1 mois

C’est toujours prometteur, et ce pendant des dizaines d’années. Ensuite un autre médicament deviendra prometteur … comme pour les cancers. Depuis combien de décennies la recherche contre le cancer demande t-elle des dons pour avancer et trouver ? 50 ans au moins

Hannibal
Hannibal
1 mois

Ca ressemble à un aduhelm bis ce truc. 27 %, c’est dans la marge d’erreur statistique, pour rappel un placebo est considéré comme étant efficace à 30 %