— FamVeld / Shutterstock.com

À l’ère de la pandémie de Covid-19, les masques faciaux se sont indiciblement intégrés dans notre quotidien. Si en porter est vivement recommandé, certains y sont opposés et de nombreux arguments ont été avancés à cet effet. Parmi cela, nous pouvons citer le fait que cela ralentirait le développement émotionnel des enfants. Une nouvelle étude a cependant montré que ce n’est pas le cas.

Les masques faciaux n’interfèrent pas de manière considérable avec l’identification des émotions

Selon une nouvelle étude menée par les chercheurs de l’université du Wisconsin, le port de masques faciaux n’empêche pas les enfants de comprendre les expressions faciales. Étant donné que le port du masque est devenu un standard à respecter dans de nombreux espaces publics partout dans le monde, cette information est très importante. En effet, cela permet d’éliminer un faux argument pour ceux qui éprouvent de la réticence face au port de masque, mais cette étude permet aussi et surtout de rassurer les parents et les enseignants qui sont préoccupés par le développement émotionnel des enfants durant la pandémie.

Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont effectué quelques tests auprès de 81 enfants en leur montrant des photos de visages affichant de la tristesse, de la colère ou de la peur. Certains visages n’étaient pas obstrués, tandis que d’autres étaient partiellement recouverts d’un masque chirurgical ou de lunettes de soleil. Les enfants qui ont participé à l’étude avaient entre 7 et 13 ans, et ils ont été invités à attribuer une émotion à chaque visage à partir d’une liste de six étiquettes. Sans surprise, les chercheurs ont constaté que les enfants étaient plus précis lorsque les visages étaient découverts. Mais il a également été observé que la capacité à identifier les expressions faciales ne diminuait pas significativement avec le port de lunettes de soleil.

En ce qui concerne l’identification des expressions avec un visage partiellement couvert avec un masque, les enfants ont certes eu plus de difficulté, mais les résultats obtenus restent suffisamment élevés pour que cela ne soit pas attribué à la chance. Plus précisément, si les enfants ont pu identifier les expressions faciales à hauteur de 66 % pour les visages découverts, ils ont pu identifier correctement la tristesse 28 % du temps, la colère 27 % du temps et la peur 18 % du temps sur les visages masqués. Les résultats complets de l’étude ont été publiés dans la revue PLOS One.  

— Volurol / Shutterstock.com

Le visage n’est pas le seul moyen pour exprimer des émotions

« Les enfants peuvent probablement faire des inférences raisonnablement précises sur les émotions des autres, même si les gens portent souvent des masques. Cela devrait rassurer les parents sur la façon dont le port du masque pourrait avoir un impact sur cet aspect du développement de l’enfant », a ainsi déclaré Ashley Ruba, auteure principale de l’étude, à PsyPost. Les chercheurs ont expliqué que ces résultats s’expliquent par la manière dont les informations émotionnelles sont transmises par le visage. Par exemple, les lunettes de soleil rendent l’identification de la colère et de la peur difficile, suggérant ainsi que les yeux et les sourcils sont importants pour ces expressions faciales.

Par ailleurs, le visage n’est pas le seul moyen de transmettre les émotions. « Les inflexions vocales, la façon dont quelqu’un positionne son corps et ce qui se passe autour de lui, toutes ces autres informations nous aident à faire de meilleures prédictions sur ce que quelqu’un ressent », a expliqué Ashley Ruba dans un communiqué. Pour ceux qui éprouvent encore des inquiétudes quant à la communication avec les enfants avec le port du masque, les chercheurs ont également donné quelques conseils pratiques. Utiliser des indices par les gestes et la parole est ainsi conseillé. Exprimer directement ce que l’on ressent est également une option possible.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de