― Nong4 / Shutterstock.com

La photo d’une adolescente victime d’une irritation au masque en tissu a fait le tour des réseaux sociaux. Est-ce possible d’être allergique à ce type de masque ? Comment se protéger efficacement ?

Le masque est-il dangereux ?

Pour prévenir une possible deuxième vague de coronavirus, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos et en extérieur dans de nombreuses villes françaises. Pourtant, une mère de famille a publié la photo de sa fille de 12 ans victime d’une sévère irritation à cause du masque en tissu porté plusieurs heures en vacances. La légende affirme : « On a peur du Covid, par contre on ne parle pas des risques d’allergies pour nos gosses. » Partagée des milliers de fois, la publication rouvre le débat sur l’efficacité du masque.

Toutefois, la dermatologue au CHU de Bordeaux et membre de la Société française de dermatologie, Brigitte Milpied, affirme sur le site du journal LeMonde.fr : « Il peut y avoir des réactions d’intolérance au masque qui ne sont pas des réactions allergiques. Le simple fait que ce soit rouge n’est pas suffisant pour dire qu’un masque comporte une substance allergène. » Pour confirmer l’allergie, il est essentiel de faire le test.

Pour effectuer le test chez soi, la dermatologue conseille de « couper un petit morceau du masque, de l’humidifier pour le remettre dans une situation de sudation, et de le coller sur la partie supérieure du dos. Au bout de 48 heures – le temps nécessaire pour mettre en route le mécanisme immunologique qui va donner la réaction – il faut le retirer. Quatre jours après, si aucune rougeur n’apparaît, alors il n’y a pas d’allergie. »

Comment éviter les irritations ?

Même si ce phénomène est rare, le risque n’est pas nul. En effet, les allergènes contenus dans les colorants peuvent poser des problèmes comme l’explique le docteur Hervé Masson : « Nous ne sommes pas allergiques aux tissus en eux-mêmes, mais à leurs composants. Si les masques sont par exemple fabriqués à bas prix et que les techniques ne sont pas toujours parfaites, il peut y avoir un constituant laissé sur le tissu qui peut déclencher une réaction allergique. »

C’est ce que dévoile un rapport publié en 2009 par l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) : « Les masques sont une cause fréquente de dermatite d’irritation de contact du visage, notamment chez le personnel soignant et dentaire. » Ainsi, « une aggravation de l’acné du visage lors du port prolongé des masques est souvent rapportée ».

Il est donc conseillé de laver le masque neuf avant de le porter et privilégier les masques de couleur claire en coton. Par ailleurs, porter un même masque plusieurs heures empêche la peau de respirer et peut entraîner des irritations. Brigitte Milpied indique qu’« en général, les effets néfastes et délétères sur la peau se manifestent lorsque le port du masque dépasse six heures ». Ces irritations se développent plus facilement sur les peaux ayant déjà souffert d’acné, d’eczéma ou de rosacée.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de