Les parcs aquatiques sont souvent pointés du doigt à cause des mauvaises conditions de captivité des animaux. Ce phénomène déjà évoqué aux Etats-Unis l’est aussi en France. Une association de défense des cétacés captifs a déposé une plainte contre le parc Marineland, accusé de maltraitance animale.

DE MAUVAISES CONDITIONS DE VIE POUR LES ANIMAUX ?

L’association C’est Assez a officiellement déposé une plainte le 17 avril dernier à l’encontre du célèbre parc aquatiques d’Antibes. Spécialisée dans la défense des cétacés en captivité, l’association a appris par des touristes que les animaux ne vivaient pas dans de bonnes conditions. Les bassins ne répondraient pas aux besoins physiologiques des animaux d’après Florian Sigronde, vice-président de l’association.

« Ce qu’on a constaté dans les différentes vidéos, c’est la présence de sept des dauphins dans un lagon d’1,20 m de profondeur qui est plein d’algues. Un dauphin tursiops, c’est entre 2 et 4 mètres de longueur, ça veut dire qu’ils ne peuvent même pas plonger comme ils le feraient à l’état naturel. » Mais les cétacés ne seraient pas les seuls animaux victimes de cette négligence.

LES CONDITIONS DE VIE DES OURS

Depuis 2010, Marineland compte parmi ses pensionnaires Flocke et Raspoutine, 2 ours polaires. Ces animaux qui ne sont pas adaptés au climat méditerranéen avaient été victimes en 2018 de la canicule. A l’époque, une vidéo montrant les animaux sous une chaleur étouffante avait choqué les visiteurs du parc et les internautes.

Toutefois, le parc n’aurait pas adapté leur enclos. Un communiqué publié par C’est Assez le 23 avril dernier explique que « leur situation est toujours aussi aberrante, puisque leurs conditions de vie restent totalement inadaptées et ‘contre-nature’ ».

DES ARGUMENTS RÉFUTÉS PAR LE PARC

Le directeur général du parc, Pascal Picot, a répondu à ces accusations en évoquant une dénonciation mensongère pour les bassins des dauphins. Dans le cas des ours, Pascal Picot s’est voulu rassurant en rappelant qu’à deux reprises « en août dernier et il y a 15 jours, une inspection des services de l’Etat qui ont relevé que les conditions d’hébergement sont conformes. Une fois de plus, on nous attaque à des périodes de forte fréquentation pour dissuader le public de venir. »

Malgré ces réponses, l’association continue le combat et souhaite aller plus loin. A terme, elle espère mettre un terme aux spectacles de cétacés et à leur détention dans les parcs Français.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de