ー ChristieM11 / Shutterstock.com

Soixante-dix ans après la découverte des 900 manuscrits de la mer Morte dans les grottes de Qumrân, les archéologues israéliens viennent de découvrir des fragments d’un manuscrit biblique. 

Une découverte « historique »

Entre 1947 et 1956, les chercheurs ont effectué l’une des découvertes archéologiques les plus importantes de l’Histoire. 900 manuscrits de la mer Morte, comportant des textes religieux en hébreu, araméen et grec avaient été découverts dans les grottes de Qumrân en Cisjordanie. 

Mardi 16 mars 2021, Israël a annoncé avoir découvert des fragments d’un manuscrit biblique dans la même région, le désert de Judée, en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967. Les fragments découverts seraient ceux d’un parchemin biblique vieux de 2000 ans. 

Un manuscrit biblique découvert en Cisjordanie

Le désert de Judée est une région très prisée par les pilleurs. Après les découvertes historiques des manuscrits de la mer Morte, les recherches se sont accentuées dès 2017. Pour Israel Hasson, l’objectif de ces fouilles était vital afin de « sauver ces biens patrimoniaux rares et importants des griffes des voleurs », rappelle-t-il dans un communiqué.

L’Autorité israélienne des antiquités (AIA) a donc lancé ses fouilles du côté de la réserve naturelle de Nahal Hever, dans le désert de Judée. À l’aide de drones et de matériel de montagne, les archéologues ont pu atteindre une caverne à flanc de montagne.

À l’intérieur, les archéologues ont découvert des morceaux de parchemins vieux de 2000 ans, mais aussi la momie d’un enfant enveloppé dans un drap datant de 6000 ans, puis un panier caché en très bon état. D’après les estimations de l’AIA, il s’agirait d’un panier ayant été mis au point il y a 10 500 ans qui a pu être conservé grâce à son environnement sec. 

Des textes grecs issus de la Bible

En somme, il s’agit de découvertes importantes. Les recherches de l’AIA ont mis en lumière des textes rédigés en grec et permis de reconstituer certains passages des livres de Zacharie et Nahum issus de la Bible. D’après Yosef Garfinkel, directeur de l’institut archéologique de l’université hébraïque de Jérusalem, cette découverte « pourrait permettre d’approfondir l’histoire de la traduction en grec de la Bible ».

Enfin, des pièces rares datant de la révolte juive de Bar Kokhba contre les Romains entre 132-136 après J.-C. ont été trouvées. Les objets retrouvés pourraient être exposés dans le laboratoire de l’Autorité israélienne des antiquités au Musée d’Israël de Jérusalem, aux côtés des autres trouvailles. 

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de