— pancha.me / Shutterstock.com

On peut intenter une action en justice pour de nombreuses raisons : pour un vol, une agression, une infraction, ou même pour une crème glacée. C’est actuellement le cas pour McDonald’s qui est poursuivi par une start-up pour avoir discrédité ses appareils à réparer des machines à glace.

Un conflit d’intérêts pour la réparation des machines à glace de McDonald’s

Si les machines à glace McFlurry de McDonald’s fournissent de délicieuses crèmes glacées, elles sont également réputées pour être fréquemment en panne. Une petite start-up nommée Kytch a vu dans ces pannes une opportunité de créer un nouvel appareil pour pouvoir réparer rapidement une machine à glace qui rencontre des problèmes. Plus précisément, l’appareil fonctionne en contrôlant à distance les machines à glace et en suggérant des solutions en cas de problème. Lancé en 2020, l’appareil est rapidement devenu très populaire auprès des franchisés de McDonald’s.

En effets, plus de 500 restaurants franchisés se sont procuré l’appareil. Malheureusement pour Kytch, ses appareils étaient loin d’être une bonne affaire pour McDonald’s, dans la mesure où ses machines à glace sont fabriquées par une entreprise tierce, nommée Taylor. Cela signifie que McDonald’s a dû payer des frais supplémentaires auprès de Kytch pour la maintenance. Face à situation, la firme a décidé au mois de novembre 2020 d’interdire l’utilisation des appareils de Kytch pour ses machines à glace.

Pour expliquer cette interdiction, McDonald’s a expliqué que le gadget volait des informations confidentielles sur leurs glaces, mais aussi qu’il pouvait « infliger de graves blessures aux techniciens ». Ainsi, McDonald’s a fait valoir que ces gadgets violaient leur garantie. Bien évidemment, cette décision n’a pas été sans conséquence pour Kytch, puisque la petite start-up a observé une nette diminution de ses ventes depuis le retrait des appareils. Face à cette situation, Kytch a décidé de réagir et d’attaquer McDonald’s en justice.

— sylv1rob1 / Shutterstock.com

Un combat entre David et Goliath

En effet, Kytch a déposé une plainte contre McDonald’s le 1er mars dernier, et la start-up réclame à la chaîne de restaurants la somme colossale de 900 millions de dollars. Selon le dossier judiciaire de 133 pages de Kytch, la société accuse McDonald’s et Taylor de mener une campagne louche pour discréditer les produits de la start-up. Par ailleurs, la petite entreprise affirme également que McDonald’s a fait de l’ingénierie inverse pour améliorer ses machines à glace, accusant ainsi la firme d’avoir fait de l’espionnage industriel.

En ce qui concerne Taylor, la start-up a pointé du doigt le fait que le fabricant des machines à glace détient actuellement les droits exclusifs de réparation des machines. Et selon Kytch, cela se traduit par un « schéma lucratif pour se remplir les poches » autant pour Taylor que pour McDonald’s. « Ils ont terni notre nom. Ils ont effrayé nos clients et ruiné notre entreprise. Ils étaient anticoncurrentiels. Ils ont menti à propos d’un produit qui, selon eux, serait commercialisé », a ainsi déclaré Melissa Nelson, la cofondatrice de Kytch, à WIRED. Pour l’instant, l’issue de cette affaire reste indéterminée, mais il est peu probable que McDonald’s ait réellement à payer 900 millions de dollars. En revanche, le procès ou un éventuel règlement à l’amiable va tout de même coûter cher à l’entreprise.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments