L’homophobie reste très présente dans le monde du sport, en particulier dans les stades de football. Afin de changer les choses, la Ligue de Football Professionnel dévoile des mesures pour combattre ce fléau. Parmi elles, un brassard arc-en-ciel sera porté par les capitaines lors de la journée mondiale contre l’homophobie.

LE 17 MAI, JOURNÉE D’ACTION EN LIGUE 1 ET LIGUE 2

La journée du 17 mai est dédiée à la lutte contre l’homophobie. Elle sera aussi l’occasion pour la LFP de montrer son soutien envers les personnes LGBT+. Bertrand Lambert, président de PanamBoyz & Girlz United, tient à ce que ces deux jours de matchs permettent « d’aller beaucoup plus loin et de s’adresser à l’ensemble des acteurs du football » : joueurs, managers, mais surtout supporters.

Tous les matchs de ce samedi, qu’ils soient de Ligue 1 ou Ligue 2, sensibiliseront le public à cette cause. Les écrans géants des stades diffuseront un clip de sensibilisation tandis que les capitaines, les entraîneurs, les arbitres et les délégués de matchs porteront un brassard arc-en-ciel.

QUELLES SONT LES AUTRES MESURES ?

Les actions de la LFP ne se limitent toutefois pas à la journée du 17 mai. Des livrets pédagogiques et des ateliers arriveront dans les grands clubs et les centres de formation afin de sensibiliser les jeunes joueurs à cette cause.

Le combat contre l’homophobie concerne aussi les supporters, c’est pourquoi dès le début de la saison prochaine, les supporters référents des clubs, puis par la suite les associations, prendront part à des formations spécifiques. À terme, ils espèrent stopper l’utilisation abusive d’insultes homophobes et que les supporters se rendent compte du poids des mots.

PUNIR LES ACTES HOMOPHOBES DANS LE FOOT ?

Cette importante campagne de sensibilisation vise à stopper la discrimination sur les terrains mais aussi punir les actes homophobes. Une fiche de signalement sera disponible dans les stades afin de prévenir tout geste homophobe. Bertrand Lambert précise ceci :

« En fonction de l’acte répréhensible, la commission de discipline pourra être saisie. Il pourrait aussi y avoir un dépôt de plainte. En fait, il s’agit de la même procédure que pour les actes racistes. Ce que nous demandions depuis des années, c’est que l’homophobie soit traitée de la même manière que tous les autres actes de discrimination qui n’ont ni leur place dans la société ni dans un stade. Il faudra certes du temps. Mais avec ce plan d’action, on a enclenché une nouvelle dynamique. »

Pensez-vous que ces mesures seront suffisantes ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de